La CFDT veut plus de moyens pour l’université et la recherche

Publié le 16/10/2015

Amphis pleins à craquer, facultés délabrées, laboratoires de recherche aux équipes exsangues : l’enseignement supérieur et la recherche souffrent d’un cruel manque de moyens. Une situation intolérable pour le Sgen-CFDT, qui appelait à manifester en intersyndicale le 16 octobre à Paris. 


Enseignement supérieur et recherche : la CFDT... par CFDT_TV

Pas moins de 65 000 nouveaux étudiants se pressent cette année sur les bancs de l’université. Ils sont accueillis dans des locaux surchargés par des enseignants et des personnels administratifs pas assez nombreux et de plus en plus précaires. Les laboratoires de recherche ne sont pas mieux lotis que l’université. Le Sgen-CFDT dénonce un sous-investissement chronique, des équipes scientifiques réduites à la portion congrue et une répartition des moyens très inégale, souvent au détriment de la recherche en sciences humaines.

Le budget de l’ESR (enseignement supérieur et recherche) est aujourd’hui de 23 milliards d’euros et le gouvernement ne semble pas enclin à l’augmenter. Alors que le projet de loi de finances est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, pour la CFDT, le compte n’y est pas. « Un milliard d’euros supplémentaire serait nécessaire pour faire face à l’afflux de nouveaux étudiants, sans même parler d’améliorer la situation de l’université », explique Frédéric Sève, secrétaire général du Sgen-CFDT. À l’issue de la manifestation du 16 octobre, une délégation été reçue à Bercy. Le dialogue se poursuit. 

mneltchaninoff@cfdt.fr

©Photo DR