La CFDT Pays Basque dénonce l’arrestation d’acteurs de la paix

Publié le 19/12/2016 (mis à jour le 20/12/2016)

L’arrestation de cinq membres de la société civile du Pays Basque vendredi 18 décembre risque d’entraver le processus de paix engagé depuis plusieurs années qui avait connu un moment fort en juin 2015 avec la Conférence humanitaire pour la paix de Paris. 

Le 18 décembre, cinq personnes étaient arrêtées à Louhossoa (Pyrénées-Atlantiques) dans le cadre d’une opération policière franco-espagnole anti-ETA, l’organisation séparatiste basque. Un stock d’armes a également été saisi à cette occasion. Ces cinq personnes sont françaises et membres de la société civile. Il s’agit de Jean-Noël Etcheverry, militant écologiste non-violent, Michel Berhocoirigoin, ancien président de la Chambre d’agriculture du Pays basque, Michel Bergouignan, viticulteur, et de Stéphane Etchegaray et Béatrice Haran-Molle, tous deux journalistes. Ces personnes sont également connues pour leur engagement en faveur de la non-violence et de la paix. Elles étaient, semble-t-il, réunies en vue de détruire une partie des armes de l’ETA conformément aux engagements pris dans le cadre du désarmement de cette organisation.

Pour sa part, la CFDT Pays Basque dénonce « ces arrestations arbitraires, apporte son soutien aux personnes arrêtées et à leurs familles et rappelle son attachement à la paix au Pays Basque. Elle s’est engagée dans la démarche lors de la Conférence d’Aiete et l’a renouvelé à l’occasion de la Déclaration de Bayonne. » Elle estime que ces arrestations risquent « d’entraver le processus de paix au Pays Basque » et de compromettre la fin de « l’un des conflits armés les plus longs de l’Europe moderne. » Le processus de paix avait également connu un moment fort le 11 juin 2015 avec une importante Conférence humanitaire pour la paix qui s’était tenue à Paris.

La CFDT Pays Basque a pris part, aux côtés d’autres organisations syndicales et des principaux représentants politiques du Pays Basque, à la manifestation protestant contre ces arrestations qui s’est déroulée samedi à Bayonne et a rassemblé 4 000 personnes.

Didier Blain