Au Festival international pour la paix, les jeunes travaillent sur l’avenir

Publié le 08/08/2018

L’évènement, organisé par le Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) et son équivalent allemand, le KLJB, a réuni près de 2000 jeunes des deux pays, à Besançon.

Le travail du futur ? Cette question était au cœur des débats du Festival international pour la paix, qui se tenait du 2 au 5 août, à Besançon. 

Cent ans après l’armistice de 1918, les 2000 jeunes allemands et français réunis entendaient être force de proposition et d’espoir, dans une Europe en proie aux doutes, qui s’inquiète des effets de la mondialisation et des mutations technologiques. Inès Minin, secrétaire nationale chargée des jeunes, a rappelé que « si les mutations ont permis des gains de bien-être, davantage d’autonomie pour les travailleurs, des progrès dans la diffusion de la connaissance et une revivification démocratique, elles ont aussi engendré un sentiment d’inquiétude, fait éclater les collectifs de travail et fait apparaître de nouvelles formes d’emplois ».

Pour la secrétaire nationale, ces évolutions interrogent notre modèle de protection sociale : « Il faut mieux sécuriser les parcours professionnels de chaque individu ! » Elle a rappelé que les droits obtenus par la CFDT répondent aux nouvelles réalités du monde du travail, tout en garantissant la protection et l’émancipation de chacun (compte personnel d’activité, compte personnel de formation). « Il faudra aussi renforcer la démocratie dans l’entreprise. Les salariés doivent être plus largement associés à la gouvernance », insiste Inès Minin. Le travail de demain se construit aujourd’hui.

glefevre@cfdt.fr