[Vidéo] Un 1er Mai républicain comme rempart contre le Front national

Publié le 01/05/2017 à 18H44
Lors du rassemblement républicain du 1er-Mai, CFDT, Unsa et Fage ont clairement appelé, avec de nombreux acteurs de la société civile, à faire face à l’urgence démocratique du danger Front national en mettant un bulletin Macron dans l’urne.
           

« Repousser le Front national dans les urnes le 7 mai, mais aussi dans les idées, et faire vivre la France fraternelle qui est la nôtre. » Tel est le message qu’a porté Laurent Berger au rassemblement républicain du 1er mai à Paris, coorganisé par la CFDT, l’Unsa, la Fage, avec le collectif « Les Places de la République », auquel se sont joints de nombreux acteurs de la société civile (Greenpeace, Humanisme et diversité, la Ligue de l’enseignement, l’Alliance des femmes pour la démocratie, SOS-Homophobie, France Terre d’Asile, la Fédération des acteurs de la solidarité, la Mutualité française, SOS-Racisme, le Pacte civique, etc.). Des acteurs peu habitués à sortir de leur réserve politique, mais venus porter, en cette journée de solidarité internationale des travailleurs, un message clair face au « danger sans précédent pour les droits des plus pauvres et des précaires » que constituerait l’élection de la représentante du Front national comme chef de l’État, a indiqué le représentant de la Fédération des acteurs de la solidarité. « Il faut faire barrage au Front national le 7 mai, car derrière le masque de respectabilité, ce qu’il prône, c’est une impasse économique, la division des travailleurs et la haine de l’autre », a abondé Laurent Berger. La seule option est donc « participer au vote le 7 mai, ne pas s’abstenir, ne pas voter blanc, ne pas voter nul, ne pas voter Front national, et donc mettre un bulletin Macron dans l’urne », a insisté Luc Bérille, secrétaire général de l’Unsa. Et de poursuivre : « C’est une urgence démocratique absolue. Car au soir du second tour de l’élection présidentielle, il n’y aura qu’une vérité, mathématique » : le nombre de bulletin pour Emmanuel Macron contre ceux pour Marine Le Pen.

 

Prendre date
Ce message clair est sans ambiguité, la CFDT l’a porté partout en France, avec d’autres organisations syndicales et de la société civile, rassemblant largement . « Il faut que la morale de responsabilité l’emporte ce 7 mai sur la morale de conviction afin de retrouver le sens de l’intérêt général pour construire une société fraternelle », a insisté le représentant d’Humanisme et biodiversité. Cet appel collectif, de « toutes ces organisations qui veulent construire une parole collective et une action de progrès », selon les mots de Laurent Berger, ne vaut pas chèque en blanc ou adhésion au programme d’Emmanuel Macron : « Dès le 8 mai, nous ferons entendre le besoin de justice sociale, de services publics de proximité, de démocratie » des citoyens français, a prévenu le secrétaire général de la CFDT. Et il a relevé l’appel lancé par la Ligue de l’enseignement à « prendre date et faire converger nos organisations pour agir au niveau local là où le FN est présent » : « Nous devons être constants dans cet effort et construire ensemble des réponses adaptées ! »

aseigne@cfdt.fr