[Dossier Pouvoir d’achat] Le grand écart

Publié le 28/11/2020

Face à la récession,  les Français sont loin  d’être égaux. Le pays a plus que jamais besoin de faire preuve de solidarité à l’échelle nationale comme dans les entreprises et les administrations.

[Analyse] Une crise d’une ampleur inégalée

Head 17 pp REACommencée en fanfare, l’année 2020 s’est rapidement transformée en cauchemar sanitaire et économique. Pour l’affronter, tous les outils doivent être mobilisés afin de passer cette crise sans précédent et préparer la reprise.

Moins 10 %. Le recul du PIB, estimé par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) pour l’année 2020 dans son baromètre d’octobre, confirme ce que tout le monde a en tête. La crise sanitaire, qui a conduit à un confinement de près de deux mois (du 17 mars au 11 mai), a mis aux abois l’économie française. Même si l’été a été moins catastrophique que prévu, des pans entiers de l’activité restent sinistrés, et la reprise du virus dès septembre laisse planer de nombreuses incertitudes. Dès lors, comment limiter les répercussions d’un tel trou d’air pour la population française ? [LIRE LA SUITE]

 

“Aider les plus démunis et stimuler l’économie”

JGautie2017a DR[Interview] Jérôme Gautié
Professeur des sciences économiques à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne*.

Comment résumer l’ampleur de la crise ?

Il est difficile de faire des projections, d’autant que la situation sanitaire reste encore incertaine. Selon les prévisions du gouvernement, le PIB de la France pourrait baisser de 10 % en 2020 et le rebond serait de 8 % en 2021.  En partant de ces données, on peut dire qu’à la fin de l’année prochaine on ne sera pas encore revenu à la situation d’avant-Covid. [LIRE LA SUITE]

 

* Auteur de: Le Salaire minimum et l’Emploi, Presses de Sciences Po, 2020.

 

[Reportage] Au secours des agents précaires

Head 18 DRDepuis des années, la Fédération CFDT Interco se bat afin d’améliorer les conditions de travail et les rémunérations de certains agents de la fonction publique territoriale avec de belles victoires à la clé. Reportage dans le Doubs, au sein de la collectivité Pays de Montbéliard Agglomération.

«J’aime vraiment mon métier, insiste Anne-Marie Thiriot, presque comme une précaution oratoire. Je ne veux pas donner l’impression de me plaindre.» Adhérente à la CFDT, cette femme dynamique et volontaire est agente de restauration scolaire au sein de la collectivité territoriale du Pays de Montbéliard Agglomération, mais cet emploi ne constitue pas un temps plein. Alors, tous les matins, elle quitte son domicile à 6 h 30 pour son second métier : chauffeuse scolaire pour une entreprise de transport privée. [LIRE LA SUITE]

“Il est temps que les agents soient valorisés”

[Interview] Mylène Jacquot,
secrétaire générale de la CFDT-fonctions publiques

Les agents publics ont répondu présents pendant la crise sanitaire. Pourtant, ils restent maltraités par les employeurs publics. Une occasion manquée pour le gouvernement d’enfin reconnaître le travail des agents ?

Oui, avec une exception pour les personnels des établissements de santé et des Ehpad (y compris territoriaux) avec le Ségur de la santé. Au-delà de cette mesure exceptionnelle, et au-delà des améliorations apportées par l’accord PPCR (parcours professionnels, carrières et rémunérations), les agents publics subissent une stagnation, voire un décrochage de leur pouvoir d’achat, depuis près de dix ans. [LIRE LA SUITE]

 

[Portraits] En attendant demain…

Head p20 REAIls espéraient un redémarrage de l’économie salvateur, mais celui-ci ne l’a été que partiellement. Nombre de secteurs ont du mal à retrouver leur rythme passé, ce qui joue sur le niveau de vie et les nerfs de millions de Français. Entre diminution des ressources et incertitudes quant à l’avenir, les salariés sont dans l’expectative. Portraits croisés.

Ça ressemble à une zone de turbulences. Des petites secousses qui font vaciller l’appareil, mais que l’on parvient à stabiliser. « Les premières semaines, c’est comme ça que nous avons vécu la crise de la Covid. Puis le trou d’air est arrivé », résume Julien Ritter, concepteur 3D dans une boîte d’événementiel. [LIRE LA SUITE]

 

[Focus] Journalistes vulnérables

Head 21 Journalistes REAPublications suspendues, commandes de reportages et d’articles gelées ou annulées, émissions déprogrammées. À la mi-mars, la crise sanitaire a eu l’effet d’une déflagration chez les pigistes, ces « tâcherons » de l’information, payés à la ligne, au feuillet ou à la prestation. Ces bataillons de précaires, qu’ils soient journalistes ou techniciens, avaient en effet encore plus à craindre, au sein des rédactions, de l’arrêt subit de la production habituelle de l’information.

Correspondante pendant des années en Argentine pour l’Agence France Presse et TF1, travaillant depuis quatre ans comme pigiste pour le groupe France Médias Monde (France 24, RFI, MCD), Rebecca Martin a tout de suite soulevé la question lors de la première réunion « spécial Covid » à laquelle elle participe en tant qu’élue CFDT : « On fait quoi pour les pigistes ? » [LIRE LA SUITE]

 

© Klaus Ohlenschläger/picture alliance/Klaus Ohlensc/MaxPPP –Marta Nascimento / RÉA – P&R Photographie – P. Barthès pour L’Addage – 
DR –
Aurélien Morissard / IP3 Press / MAXPPP –
Romain Gaillard / RÉA –
Hamilton / RÉA.