Sesam-Vitale : Oser le théâtre comme axe revendicatif

Publié le 09/08/2019

Le comité d’entreprise CFDT de Sesam-Vitale vise à mettre la culture et en particulier le théâtre en bonne place dans les propositions de ses activités sociales et culturelles. C’est un axe revendicatif fort au même titre que les rémunérations ou les conditions de travail. Pour le plus grand bénéfice des salariés participants.

« Pour moi, c’est l’opportunité de découvrir des pièces de théâtre que je ne serais pas allée voir. Cela permet aussi d’échanger avec des collègues, le moment est très convivial même si les avis sont partagés sur les œuvres. » Béatrice Fourcade, ingénieure d’études au GIE, juge très positivement le parcours théâtre proposé par son comité d’entreprise : « C’est une heureuse initiative ! » Ce mercredi soir, Cezam, le réseau inter-CE, organisateur de cette proposition, a dressé un bilan du parcours théâtre suivi tout au long de l’année par cinq comités sociaux et économiques (CSE) ou comités d’entreprise (CE) dont celui de Sesam-Vitale. Il y a là une petite trentaine de salariés et une metteuse en scène, Pascale Nandillon, venue répondre à leurs questions. Chacun y va de son appréciation : « J’ai été chamboulée par Séisme, l’histoire d’un couple sans enfant », « J’ai pleuré sur Dancefloor Memories, une pièce sur Alzheimer », « Je n’ai pas compris le propos de Stadium, qui traite de la passion du football des supporteurs du Racing Club de Lens ». Sur ces thématiques d’actualité, tous conviennent que « l’intensité des émotions est bien plus forte au théâtre que devant un écran de télévision ».

Une farouche volonté de créer du lien social

     

L’aide du réseau inter-CE
Outre les activités classiques de billetterie, de voyages organisés, etc., le réseau inter-CE propose une approche originale et participative des activités sociales et culturelles à travers des prix comme celui du roman, de la BD ou du DVD. Pour les CE ou CSE, l’investissement financier est minime mais le retour en matière de lien social est réel. Il permet à des salariés d’une même entreprise qui ne se rencontrent pas ou peu d’échanger entre eux et avec les travailleurs d’autres entreprises.

Le parcours théâtre
La proposition est gratuite pour les salariés et n’engage que sur trois spectacles entre novembre et juin. Elle s’accompagne de rencontres avec des comédiens ou des metteurs en scène qui permettent d’aller plus loin dans la réflexion, d’éclaircir des points difficiles… Surtout, elle donne aux salariés l’occasion d’aller au théâtre et de découvrir des pièces qu’ils ne seraient jamais allés voir.

Un choix politique
Comme pour la politique revendicative sur les salaires, les conditions de travail, la qualité de vie au travail, etc., les activités sociales et culturelles sont le résultat de choix politiques. La section CFDT de Sesam-Vitale donne la préférence au collectif, au participatif et à ceux qui en ont le plus besoin, dont ceux qui perçoivent les plus bas salaires. La section se targue de « ne pas faire de la redistribution pure et simple, sinon il suffirait de diviser le budget du CE par le nombre de salariés, comme certains le demandent parfois », explique le délégué syndical.

     

À l’heure du bilan de cette deuxième année du parcours théâtre, Jean-Louis Decrand, délégué syndical CFDT, Virginie Dufresne, trésorière du CE, et Richard Longué, élu CE, se félicitent d’avoir prolongé cette expérience. « Au départ, c’était une manière d’innover, d’oser une nouvelle idée. Mais notre politique, c’est bien de créer du lien social entre les salariés, d’inciter des salariés qui n’iraient pas au théâtre à y passer une soirée, et pas de faire de la redistribution pure et simple, affirme d’emblée le délégué syndical. Sinon il suffirait de diviser le budget du CE par le nombre de salariés, comme certains nous le demandent parfois. » Et ça marche ! Il n’est pas rare de retrouver le lendemain les spectateurs échangeant sur la pièce de la veille. Forcément, certaines œuvres suscitent davantage de débats que d’autres. « On reçoit parfois des critiques du genre “C’est trop contemporain” ou “Pas assez classique”, constate Jean-Louis Decrand, mais les salariés sont ouverts. Ils sont prêts à être surpris… ou déçus. »

Sur les 200 salariés de l’entreprise qui gère la carte Vitale, une vingtaine suit la proposition théâtre. Pour le CE, dont le budget est de 1 % de la masse salariale, le coût du parcours théâtre est faible. « Il est même gratuit pour le salarié qui suit le parcours, explique Richard Longué ; le CE prend tout en charge. Le prix des places n’est pas élevé : 10 euros par spectacle et par salarié, et le programme prévoit trois spectacles par an. »

Entre 10 et 20 % des salariés intéressés

Le CE travaillait déjà avec Cezam sur d’autres propositions : le prix du roman, le prix BD et le prix DVD. « Le prix du roman n’a pas rencontré son public, se souvient Virginie Dufresne. En revanche, les deux autres marchent bien. Le CE achète neuf BD et sept DVD que les salariés lisent ou visionnent dans l’année au terme de laquelle ils votent pour choisir le prix. Nous avons aussi une activité jeux avec la ludothèque du Mans qui marche bien. Elle est indépendante de Cezam. » De 10 à 20 % des salariés participent à chacune des activités selon les années et « ce ne sont pas toujours les mêmes », observe Richard Longué. Le succès de la BD et des DVD ne se dément pas depuis dix ans.

« Nous faisons venir des auteurs, dessinateurs et scénaristes pour rencontrer les lecteurs, raconte Jennifer Heuzé, chargée de projets culturels à Cezam. Ce sont toujours des échanges très riches. » Auparavant, c’est elle qui choisit les pièces de théâtre en fonction des retours faits lors de réunions comme celle de ce mercredi. Pour les BD et DVD, elle organise des rencontres avec des libraires et des responsables de médiathèque afin d’établir la liste de ses propositions sur la base de critères peu ou pas commerciaux. De plus, ces activités ont des retombées pour les partenaires locaux que sont Les Quinconces et le Théâtre de l’Éphémère. « Certains salariés achètent des places pour leur conjoint ou des membres de leur famille », observe Jennifer Heuzé.

« Nous travaillons depuis longtemps avec Cezam, explique Jean-Louis Decrand, le réseau Inter-CE offre un vrai soutien et soulage le travail des élus surtout pour un petit CE comme le nôtre. » De fait, Cezam propose aussi des services de billetterie, de voyages, de formation pour les élus et d’activités culturelles. « Ces dernières donnent de nous une image très dynamique, apprécie Jean-Louis Decrand, et cela ne nous empêche pas de proposer des activités plus classiques du genre arbre de Noël, voyages organisés, etc. Mais même avec ces propositions, il n’est pas possible de séduire tout le monde. Il faut faire des choix politiques. Clairement, nous favorisons les activités collectives. » Et concernant la politique syndicale, il en va des activités sociales et culturelles (ASC) comme du reste : il faut choisir.

Un dialogue social à améliorer

Les ASC, les conditions de travail, l’évolution des métiers, la politique salariale sont au cœur des préoccupations de la section du GIE Sesam-Vitale. En matière d’ASC, « la direction ne fait pas grand-chose. Elle se limite à un tournoi de PS4 et à quelques afterworks, analyse Jean-Louis Decrand. Le dialogue social existe mais a minima, on suit la loi et aller au-delà est souvent difficile. J’espère que ce ne sera pas le cas pour les futures élections CSE, qui auront lieu d’ici à la fin de l’année. On va tout faire pour maintenir l’équivalent d’une commission CHSCT bien que l’on soit en deçà des 300 salariés requis. Ce n’est pas gagné ».

Des avancées signées CFDT

Idem pour le télétravail. Il était d’abord réservé aux salariés habitant à plus de 120 km en train, mais la CFDT a réussi à renégocier l’accord afin que ceux qui résident à plus de 45 minutes du Mans en voiture bénéficient de l’accord. « On avance doucement, cela ne concerne encore qu’une dizaine de salariés. Selon moi, la direction a un problème de confiance avec ses salariés. Elle veut les avoir sous la main », regrette le délégué syndical. Enfin, sur les questions salariales comme pour les ASC, la CFDT entend défendre d’abord le pouvoir d’achat des travailleurs ayant les plus faibles salaires. Cette année, elle a obtenu une prime exceptionnelle pour eux. Évidemment, l’avenir préoccupe les salariés. La dématérialisation de la carte Vitale, le dossier médical partagé, la télémédecine impactent le travail de Sesam-Vitale. « Dès que l’on interroge la direction sur la stratégie à venir, sur l’emploi, on sent qu’on l’agace… »

dblain@cfdt.fr

     

Repères

• Sesam-Vitale est un groupement d’intérêt économique (GIE) qui gère la carte Vitale. Il existe depuis 1993, compte 195 salariés et une cinquantaine de sous-traitants, soit une soixantaine de métiers regroupés sur l’unique site du Mans. L’effectif est composé à 80 % de cadres. La Caisse nationale d’assurance-maladie (Cnam) absorbe 90 % de son activité.

• La section CFDT a été créée lors des négociations sur les 35 heures. Au départ en concurrence avec FO, elle est désormais seule organisation syndicale avec 100 % des voix aux élections.