Retraites, la loi validée et promulguée reste injuste

Publié le 10/11/2010 à 00H00
L'appréciation générale de la CFDT sur la réforme gouvernementale des retraites reste inchangée : le texte est injuste et inefficace !

Pour Jean-Louis Malys, secrétaire national chargé des retraites, « la CFDT prend acte » de la validation de loi sur la réforme des retraites et de sa promulgation par le président de la République, mais cela « ne modifie pas notre appréciation générale de la réforme » : ce texte reste injuste et inefficace. La CFDT n’a cessé de le répéter et de l’expliquer depuis le mois de juin : « le recul des bornes d’âge à 62 et 67 ans pénalise les salariés qui ont commencé à travailler tôt et les travailleurs aux carrières précaires. » De même, « les dispositions concernant la pénibilité ne sont pas satisfaisantes car elles ne prennent pas en compte les conséquences sur la santé qui apparaissent après l’âge de 60 ans. »

Cependant, la CFDT a obtenu l’ouverture d’un débat national portant sur une réforme globale du système à partir du début de l’année 2013. Cela fait des retraites un des sujets incontournables des années à venir.

Des actions multiformes le 23 novembre

Il s’agit désormais de « rester visibles et mobilisés, mais avec des formes adaptées aux préoccupations des salariés », parce que le soutien populaire au mouvement intersyndical ne s’est pas démenti jusqu’à la journée de mobilisation du 6 novembre. C’est bien la preuve que le message porté depuis le début de la mobilisation par la CFDT – « oui, une réforme des retraites est nécessaire, mais la réforme gouvernementale est injuste et inefficace » – a été compris par l’opinion publique. L’intersyndicale ne s’y est d’ailleurs pas trompée. En réaffirmant son opposition à cette réforme gouvernementale conçue sur les seuls paramètres d’âge. Les organisations syndicales signataires, au premier rang desquelles la CFDT, « continueront d’agir pour la réduction des inégalités, une véritable reconnaissance de la pénibilité et d’autres alternatives pour le financement du système de retraites par répartition ».

C’est dans ce cadre et pour coller aux attentes des salariés qu’elles appellent à une journée, le mardi 23 novembre, d’« actions multiformes décidées par les organisations territoriales et professionnelles ». Ces rassemblements, meetings, arrêts de travail ou flashmobs seront une façon de répondre aux préoccupations des salariés, au plus près de leurs lieux de travail et de vie, et de « permettre la participation du plus grand nombre ».

 
A.S. et N.B.