Retraites complémentaires, rendez-vous le 13 mars

Publié le 11/03/2013
Annoncée comme conclusive, la sixième séance de négociation sur les retraites complémentaires du 8 mars n’aura pas permis d’aboutir à un texte. Excédées par l’immobilisme patronal tout au long de la journée, les organisations syndicales ont mis un terme aux discussions en début de soirée. Une séance de la dernière chance a été programmée le 13 mars après-midi.

La journée avait pourtant bien commencé. Les premières versions du texte patronal laissaient entrevoir des avancées possibles. Il prévoyait à la fois une désindexation des complémentaires et une hausse des cotisations. Il ne restait plus qu’à se mettre d’accord sur le niveau des efforts à demander aux retraités, aux salariés et aux entreprises. « Les propositions du patronat n’étaient pas acceptables en l’état, constate le négociateur CFDT Jean-Louis Malys. L’effort demandé aux retraités était beaucoup trop long et de trop grande ampleur [une désindexation pendant trois ans], mais il semblait qu’un terrain d’entente aurait pu être trouvé si chacune des parties avait accepté de faire un pas vers l’autre. »

Pourtant, après une interruption de séance de trois heures, le patronat est revenu à la table des négociations avec un nouveau texte tout aussi inacceptable, provoquant le blocage des discussions. « Le patronat semble vouloir s’appuyer sur cette négociation pour faire pression sur le gouvernement afin qu’il accélère la réforme du régime général, décrypte Jean-Louis Malys. Pour qu’un accord puisse être trouvé le 13 mars prochain, il faudra sortir de ce jeu d’acteurs et avancer de manière pragmatique. N’oublions pas que si nous n’arrivons pas à nous mettre d’accord sur quelques mesures, les efforts qu’il faudra fournir par la suite seront encore plus violents. Le temps joue contre nous. »

jcitron@cfdt.fr

Photo : Olivier Clément