Prestations familiales, le gouvernement fait des économies sur le dos des familles

Publié le 03/04/2012 à 00H00
La revalorisation des prestations familiales de seulement 1% intervenue le 1er avril ne compense pas l'inflation qui est de 1,7%. Cela pénalise les familles les plus modestes pour qui ces prestations sont un complément de revenu indispensable.

Véronique Descacq, secrétaire nationale de la CFDT en charge de la protection sociale regrette que « pour la première fois cette année les prestations familiales ne soient pas revalorisées à hauteur de l’inflation. » Pire, « le gouvernement se targue d’une économie de 140 millions d’euros… mais elle est payée par les familles. » Pour la CFDT, « la politique familiale mérite mieux que la mesure qui vient d’être prise en catimini et  pénalise le niveau de vie des plus modestes. »

En effet, alors que plus en plus de familles et d’enfants sont confrontés à la pauvreté, la secrétaire nationale considère que « baisser leur pouvoir d’achat via les prestations familiales est scandaleux. » Et de conclure qu’« en période électorale il est plus facile, sous couvert d’une mesure de revalorisation technique, de s’en prendre au pouvoir d’achat des familles que de s’attaquer à l’effet anti-redistributif du quotient familial. »

N. B.