Les comptes de la Sécurité sociale dérapent

Publié le 19/06/2019

Pour la Sécurité sociale, l’année 2019 devait être celle des excédents. Après des années d’effort, le retour à l’équilibre des comptes devait permettre d’envisager sereinement l’avenir. 

Il y a encore quelques mois, ce scénario n’avait rien d’un doux rêve mais, aujourd’hui, il relèverait plutôt du domaine de la science-fiction. Le rapport à la Commission des comptes de la Sécurité sociale, rendu public le 11 juin, a fait l’effet d’une douche froide. Le ralentissement de l’économie mondiale nécessite de revoir les projections économiques. La masse salariale en 2019 ne devrait augmenter que de 2,9 % au lieu de 3,5 % attendus, soit un manque à gagner de 1,7 milliard d’euros. Les dépenses s’annonçant conformes aux prévisions, l’excédent prévu se transforme en déficit.

Les mesures “gilets jaunes”

Ce n’est pas tout ! Les mesures d’urgence économiques et sociales prises par le gouvernement pour répondre aux gilets jaunes – notamment la désocialisation des heures supplémentaires et la création d’un taux intermédiaire de contribution sociale généralisée (CSG) sur les pensions et les allocations chômage – laissent planer une forte incertitude sur les comptes. À ce jour, le gouvernement se refuse à dire s’il allait compenser le manque à gagner. S’il ne le fait pas, le déficit serait aggravé de 2,7 milliards supplémentaires. « Si le retournement de la conjoncture ne pouvait guère être prévu lors de l’élaboration du budget, il n’en est pas de même des mesures prises en urgence par le gouvernement, estime le secrétaire confédéral Philippe Le Clézio. C’est pourquoi la CFDT demande qu’elles soient compensées intégralement afin de ne pas fragiliser encore plus la Sécurité sociale. »

jictron@cfdt.fr