Le décret "carrières longues", une victoire de la CFDT

Publié le 13/06/2012 à 00H00
Le décret du gouvernement sur les carrières longues ne peut que satisfaire la CFDT, qui se bat depuis 2003 pour que les salariés qui ont commencé à travailler tôt puissent bénéficier d'une retraite anticipée.

Bien qu’il ne soit pas encore publié au Journal officiel, on connaît l’essentiel du contenu du décret 'carrières longues'. Celui-ci prévoit l’extension du dispositif aux salariés qui ont commencé à travailler à 18 ou 19 ans, l’élargissement des critères donnant droit à des trimestres considérés comme cotisés (deux trimestres supplémentaires pour la maternité, deux trimestres liés à des périodes de chômage) et la réduction du nombre de trimestres validées qui permettent de bénéficier du dispositif. 

Cependant, le texte ne donne pas de possibilités supplémentaires de départ avant 60 ans pour les personnes qui ont commencé à travailler à 16 ou 17 ans. Cette extension sera financée par une hausse progressive, à égalité, des cotisations des parts employeur et salarié (0,2 % en 2013, 0,5 % au total en 2017).

Concrètement, les salariés nés à ­partir du 1er mars 1952 vont pouvoir bénéficier de l’assouplissement du dispositif s’ils remplissent les critères retenus. Ils pourront en faire la demande dès la publication du décret. Les premiers départs anticipés en ­application de ce nouveau dispositif seront possibles à partir du 1er novembre 2012. Selon les estimations du gouvernement, 110 000 salariés supplémentaires pourront bénéficier d’un départ à la retraite anticipé en 2013, un nombre à mettre en regard des 40 000 personnes qui ont pu bénéficier du dispositif en 2011.

Une mesure de justice fruit d’une longue lutte

« Ce décret permet de corriger une partie des inégalités creusées par le recul brutal des bornes d’âge de départ en 2010, souligne le secrétaire national Jean-Louis Malys. C’est une mesure de justice qui va dans le sens souhaité par la CFDT, à savoir de privilégier la durée de cotisation plutôt qu’un âge de départ identique pour tous. Il s’agit d’un véritable acquis pour les salariés qui ont commencé à travailler jeune, et dont notre organisation peut légitimement revendiquer la paternité. Rappelons que nous nous battons sur cette question depuis 2003. »

Satisfaite de cette mesure, la CFDT n’entend toutefois pas en rester là sur le dossier des retraites. Elle estime toujours incontournable une réforme de grande ampleur qui rende le système plus équitable et financièrement pérenne.

Les deux principales conditions à réunir
 

1/ Avoir commencé à travailler avant 20 ans (5 trimestres validés à la fin de l’année civile des 20 ans)

2/Justifier de 41 années cotisées pour la génération née en 1952, 41 années et 1 trimestre pour les personnes nées en 1953 et 1954, 41 années et 2 trimestres pour celles nées en 1955.

Les générations suivantes pourraient voir augmenter la durée requise si l’espérance de vie progresse en France.