Le Cor précise les besoins de financement d’ici 2020

Publié le 29/03/2013
La séance de mardi 26 mars du Conseil d’orientation des retraites (Cor) a permis d’affiner les projections financières des régimes de retraite.

Les précisions apportées par le Conseil d'orientation des retraites confirment un besoin de financement global compris entre 20 et 22 milliards d’euros en 2020, principalement au régime général, dans les régimes complémentaires du secteur privé et dans les fonctions publiques. Ces projections confirment le poids majeur de l’aggravation de la crise dans la dégradation des comptes des régimes. La loi de 2010 n’a pas apporté de réponse durable à la situation financière des régimes. Elle a eu pour conséquence de creuser les inégalités au détriment des salariés les plus modestes.

D’autre part, dernièrement des médias se sont emparés de chiffres publiés dans le dossier disponible sur le site du Cor pour pointer des différences d’âge de départ en retraite entre public et privé et sur l’impact financier d’un allongement de la durée de cotisation au-delà de 2020.

Sur cette dernière question, la loi prévoit jusqu’en 2020 un mécanisme d’ajustement de la durée de cotisation en fonction d’une partie de l’augmentation de l’espérance de vie. La durée de cotisation correspondant à une carrière complète est ainsi de 41 ans et 6 mois pour les salariés nés en 1955 et 1956. Elle sera définie par décret courant 2013 pour les salariés nés en 1957. Au-delà de 2020, rien n’est arrêté. Pour Yves Canevet, secrétaire confédéral en charge du dossier retraites, « Le Cor a établi différentes variantes autour du scénario central des projections financières, dont un prolongement    après 2020 des règles actuelles concernant la durée de cotisation. Il s’agit seulement d’une hypothèse réglementaire formulée par le Conseil.».

Si l’âge moyen de départ en retraite est plus précoce dans le public (57,1 an dans la fonction publique d’Etat, 58,4 ans pour les fonctionnaires territoriaux ou hospitaliers) que dans le privé (61,5 ans au régime général), précisons qu’il est fortement impactée par des dispositifs particuliers. En effet, les militaires peuvent liquider une pension après 15 années de service sans condition d’âge, les catégories actives (infirmières, etc.) ont un âge légal inférieur à 62 ans, et les mères de trois enfants peuvent également bénéficier d’un départ anticipé. Si on ne prend pas en compte ces catégories particulières, l’âge moyen de départ en retraite des fonctionnaires est alors de 61 ans, très proche de celui des salariés du privé.

dblain@cfdt.fr