La CFDT signe l'accord sur les retraites complémentaires

Publié le 28/03/2011 à 00H00 (mis à jour le 30/03/2011 à 09H23)
Le bureau national de la CFDT a décidé, à l'unanimité, lundi 28 mars de signer l'accord sur les retraites complémentaires en estimant qu'il s'agit d'un compromis équilibré qui comporte de réelles avancées.

Le suspens n’aura duré qu’une semaine. L’accord sur les retraites complémentaires Arrco et Argirc conclu le 18 mars dernier a été approuvé par le Bureau national de la CFDT lundi 28 mars à l’unanimité. Après FO qui a également annoncé sa volonté de signer le texte la semaine dernière, il ne reste plus qu’à la CFTC de faire connaître sa position, mais il est d’ores et déjà acquis que ce nouvel accord entrera en application. La centrale chrétienne a en effet déjà affirmé qu’elle ne fera pas jouer son droit d’opposition.  La CGT et la CFE-CGC pour leur part ont déjà annoncé leur leur non signataure.

J.C.

 

Les trois principales avancées de l'accord

Le prolongement de l’AGFF jusqu’en 2018 ( les précédents accords la reconduisaient tous les deux ans ) garantit aux salariés qui ont tous leurs trimestres au régime général de pouvoir bénéficier d’une retraite complémentaire sans décote.

La stabilisation des rendements de 2012 à 2015 (Il est demandé un effort à l’Agirc en 2011 pour se rapprocher du rendement de l’Arrco) met fin à quinze ans de baisse ininterrompue.

Les nouvelles règles pour les droits familiaux (ces règles ne s’appliquent que sur les années cotisées qui suivent la signature de l’accord) vont progressivement améliorer les pensions de la grande majorité des salariés qui ont élevé au moins trois enfants. Leur retraite sera, à terme, majorée de 10 % à l’Arrco au lieu de 5 % actuellement et de 10 % à l’Agirc au lieu de 8 % – auxquels s’ajoutait 5 % par enfant au-delà de trois. Ces droits seront plafonnés à 1 000 euros pour chacun des régimes.