Inquiétudes sur le calendrier de la Loi autonomie

Publié le 13/11/2020

Attendue et annoncée depuis de nombreuses années, la loi relative à l’autonomie et à l’accompagnement des personnes dépendantes va-t-elle être de nouveau repoussée ?

C’est en tout cas la crainte exprimée par la CFDT-Retraités, qui constate que le sujet n’est plus guère abordé dans la période. « La première phase de la crise sanitaire a révélé au grand public l’ampleur des besoins, notamment dans les Ehpad, souligne sa secrétaire générale, Dominique Fabre. Il s’est ensuivi l’annonce par le gouvernement d’une loi pour 2021 et le lancement d’un “Laroque de l’autonomie” [du nom de Pierre Laroque, “père” de la Sécurité sociale], à l’image du Ségur de la santé. Mais, aujourd’hui, plus rien ne semble bouger. » Le constat sur la nécessité d’une grande loi sur le vieillissement et la prise en charge des personnes dépendantes est plutôt unanime. Mais, une nouvelle fois, la question bute sur le financement. « Il est pourtant urgent de revaloriser les métiers pour les rendre attrayants et de s’assurer que chacun puisse accéder à des structures adaptées, quelles que soient ses ressources », insiste Dominique Fabre.

Un enjeu de société trop longtemps éludé

Alors que le gouvernement vient de créer une cinquième branche de la Sécurité sociale chargée justement du financement de la dépendance, toutes les planètes sont alignées pour aboutir. Et même si la question des Ehpad semble moins présente dans ce reconfinement, il ne faudrait pas qu’elle passe au second plan. « Nous comprenons que la période est compliquée, tient à souligner la secrétaire générale, mais c’est un enjeu de société dans un pays qui vieillit et qui sera de plus en plus confronté à cette question. Nous nous dérobons depuis déjà trop longtemps. »

jcitron@cfdt.fr