La Cop 21 et la mobilisation citoyenne sont maintenues

Publié le 25/11/2015

François Hollande a réaffirmé sa volonté de faire de la Cop 21 « un moment d’espérance et de solidarité parce qu’il s’agit de l’avenir de la planète ». Si la marche du 29 est annulée, la CFDT, avec la société civile, reste pleinement mobilisée pour ce rendez-vous mondial.

Pas moins de 138 chefs d’État et de gouvernement sont attendus le 30 novembre à l’ouverture de la conférence sur le climat de Paris. Aucun n’a demandé le report de ces négociations en vue d’un nouvel accord mondial visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre et maintenir le réchauffement climatique en dessous des 2 °C d’ici à la fin du siècle.

L’événement sera massivement couvert. Trois mille journalistes bénéficieront d’une accréditation afin de suivre l’événement ; le double en avait fait la demande – un nombre « sans précédent dans l’histoire des Cop », selon l’Onu, sous l’égide de laquelle se tient l’événement. À la suite des attentats de Paris, la Cop 21 a pris une nouvelle tournure.

L’emploi, un enjeu central de cette Cop

Si le Giec (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) pointe de longue date la corrélation entre activités humaines et réchauffement climatique, son dernier rapport, publié en 2014, soulignait le lien entre climat, crises économiques et instabilité politique.

Un accord ambitieux à Paris permettrait de réduire notre dépendance au pétrole et de faire ainsi évoluer la carte géopolitique du monde. Il y a donc urgence à fixer un cadre mondial pour accélérer la transition énergétique, limitant le recours aux énergies fossiles et le risque de nouveaux conflits liés aux millions de déplacés climatiques.

L’emploi est un enjeu tout aussi central de cette Cop 21. Pendant deux semaines, la délégation CFDT sera présente dans l’espace des négociations aux côtés de la CSI (Confédération syndicale internationale) et veillera à ce que les revendications syndicales en faveur de l’emploi décent et d’une économie durable figurent dans l’accord final.

De leur côté, les fédérations continuent leur travail de sensibilisation auprès de leurs équipes syndicales. « Aucun accord international ne saurait être suffisant pour faire bouger les mentalités et les pratiques », estiment la FGTE (Transports et Environnement), le Sgen (enseignants et chercheurs) et la FGA (agroalimentaire), qui organisent la « Cop 21 des militants » le 7 décembre à Bolivar.

Objectif de la journée : impulser des pratiques innovantes, rencontrer des militants et partager des expériences. « Pour sortir des incertitudes de la Cop 21, parlons de ce qui se fait dans les territoires », propose Philippe Lengrand, secrétaire général de l’Union régionale Île-de-France, où 15 % des emplois sont déjà concernés par la transition écologique et 14 000 jeunes actuellement en formation en vue d’apprendre un métier vert.

Mobilisation citoyenne

La CFDT est pleinement engagée dans la société civile afin que la Cop 21 ne soit pas réduite à un huis clos politique, après l’annulation de la Marche pour le climat du 29 novembre et de la Marche pour la justice climatique du 12 décembre pour raisons de sécurité. Sur le site du Bourget, qui accueille la conférence, l’espace « Générations climat », ouvert au public, accueillera 300 événements, conférences et débats, dont le Forum syndical pour le climat du 3 et 4 décembre. À Villepinte (Seine-Saint-Denis) se tient la Conférence des jeunes, du 26 au 28 novembre (lire l’encadré ci-dessous). La Coalition Climat 21, qui regroupe plus de 130 organisations, dont la CFDT, organisera comme prévu le Sommet citoyen pour le climat les 5 et 6 décembre à Montreuil (Seine-Saint-Denis) et la Zone d’action pour le climat qui prendra ses quartiers du 7 au 11 décembre au 104, à Paris.

Les 28 et 29 novembre, sont annoncés 57 marches mondiales et plus de 2 000 événements. La CSI a appelé ses organisations membres à participer, ailleurs dans le monde, à des manifestations en faveur de la justice climatique. En France, la société civile, désireuse de faire participer le plus grand nombre, réfléchit à d’autres formes de mobilisation en vue de peser sur les négociations « en toute sécurité ».

cnillus@cfdt.fr

     


La CFDT participera à la Conférence des jeunes

La 11e Conférence des jeunes (COY) aura bien lieu du 26 au 28 novembre au Parc des expositions de Villepinte malgré les tensions en matière de sécurité. Si ce n’est que l’Éducation nationale a demandé aux groupes scolaires qui devaient s’y rendre de renoncer. Quelque 5 000 jeunes venus du monde entier sont attendus pour cet événement, organisé avant chaque Cop à l’attention des jeunes mobilisés sur les questions climatiques. Ils se disent « prêts à agir pour une société plus durable et désirable ».

Une dizaine de thématiques seront abordées à travers des centaines d’ateliers au cours de ces trois jours, parmi lesquelles le vivre-ensemble, l’agriculture et l’alimentation, la participation citoyenne, le climat et la biosphère, les modes de vie, l’innovation et le savoir-faire mais aussi l’économie et les finances, l’emploi, les énergies, la santé. « Une dizaine de jeunes militants CFDT issus de la FGTE, de la FGMM et de la région Île-de-France y participeront, affirme Sylvain Desoignies, de la délégation confédérale jeunes. L’objectif de cette participation est de démontrer que notre organisation syndicale est légitime pour parler aux jeunes avec des jeunes sur des thématiques qu’ils vivent au quotidien telles que les emplois de demain, les filières d’avenir et les industries du futur. » La Conférence devrait s’achever sur une déclaration des jeunes invitant et incitant les négociateurs de la Cop 21 à trouver un accord ambitieux.

Renseignements sur coy11.org/fr.