La qualité de vie au travail au cœur de l'action CFDT chez Safran

Publié le 27/09/2013
Le 24 septembre, les équipes CFDT des sites d’Evry-Corbeil et de Villaroche du groupe Safran (ex-Snecma), l’un des plus importants fabricants mondiaux de moteurs d’avions, ont accueilli Laurent Berger.

Le premier site emploie 3 000 salariés, son activité repose essentiellement sur l’usinage. Le deuxième, qui compte 4 300 salariés, réalise le montage des moteurs, notamment celui du CFM56, le moteur le plus vendu au monde, ainsi que les études et le développement du successeur du CFM56.

Défendre la qualité de vie au travail

Ce groupe en bonne santé économique a recruté 7 000 salariés en 2012, dont 1 200 en France. Il devrait en être de même en 2013. « Il faut mettre à profit cette situation favorable pour orienter l’action syndicale sur la qualité de vie au travail », a insisté Laurent Berger. De fait, à y regarder de près, de nombreuses inégalités persistent. Les effectifs sont composés à 83 % d’hommes. La pénibilité n’est pas complètement réglée chez les ouvriers et agents de maîtrise. « Nous avons signé un accord sur les travaux pénibles qui instaure un compte épargne temps ressemblant au compte pénibilité annoncé dans la réforme des retraites, explique Marc Virlouvet, secrétaire de la section d’Evry-Corbeil. Mais il ne prend pas en compte toutes les situations de pénibilité. Nous devons encore l’améliorer. »

L’open space de la discorde

Sur le site de Villaroche (Seine-et-Marne), la section est confrontée à l’arrivée massive de jeunes, principalement des ingénieurs et cadres. Ceux-ci travaillent sur un immense plateau en open space et des adhérents CFDT se plaignent de ne plus avoir de bureau personnel. Mais surtout la section peine à recruter parmi ces jeunes salariés. « La Confédération dispose d’outils à votre disposition tels que les enquêtes flash pour aller à la rencontre des salariés afin d’examiner leurs besoins », a rappelé Laurent Berger. Un véritable enjeu pour la CFDT dans un groupe qui va renouveler ses effectifs d’un tiers dans les trois ans qui viennent.

dblain@cfdt.fr