La F3C CFDT veut organiser les travailleurs du numérique

Publié le 01/02/2016

Le 21 janvier, la Fédération communication conseil culture de la CFDT organisait une rencontre avec des travailleurs du numérique à Paris. Une centaine
de personnes ont répondu à son appel. Elles s’interrogent sur la manière de s’organiser dans ce secteur nouveau souvent dépourvu des filets de protection sociale basiques.  

« L’enjeu pour nous est de ne pas rater les nouvelles formes de travail et de sociologies qui se développent et vont sans doute se maintenir dans le secteur du numérique dans lequel nous sommes peu présents », a expliqué Ivan Béraud, secrétaire général de la Fédération communication, conseil, culture CFDT, en marge d’une première rencontre avec les travailleurs de ce secteur qui a eu lieu le soir du 21 janvier au Numa, un espace de « coworking » situé au cœur de Paris. Devant une centaine de personnes, le sociologue Antonio Casilli a engagé le débat en détaillant les différentes subordinations, économiques et techniques, auxquelles sont soumis les travailleurs du numérique, souvent sous statut d’indépendant.

« Ces subordinations sont souvent régies par des conditions générales d’utilisation et non plus par un contrat de travail », résume Ivan Béraud. Il estime cependant possible de construire des protections sociales et professionnelles en faveur de ces travailleurs face aux donneurs d’ordre dominants du marché. Mais comment s’organiser, comment se mobiliser, et pour quelles revendications individuelles et collectives, ont interrogé les participants.

Rendez-vous le 11 février

La Fédération leur a donné rendez-vous le 11 février au même endroit afin de travailler en ateliers à l’élaboration de réponses à ces questions.

dblain@cfdt.fr