Négociation chez Renault, la CFDT se prononcera début mars

Publié le 25/02/2013
Selon la délégation CFDT qui négocie pied à pied avec la direction de Renault France depuis plusieurs mois, la dernière réunion qui s’est déroulée le 19 février a enfin permis d’obtenir des engagements fermes de la direction.

Le texte prévoit que la production passe de 530 000 véhicules par an en 2012 à un minimum de 710 00 en 2016, et un objectif de 820 000 au-delà. En contrepartie, la direction est inflexible en matière de temps de travail ; elle exige que la totalité des sites repassent aux 35 heures, remettant ainsi en cause l’ensemble des accords locaux négociés dans les établissements.

Sur le plan salarial, les organisations syndicales ont obtenu que le gel des salaires soit limité à l’année 2013. Si le principe d’une modération salariale en 2014 et 2015 est inscrit dans le projet d’accord, il y aura bien des négociations annuelles sur le sujet – contrairement à ce que souhaitait la direction, qui exigeait jusqu’alors un engagement sur trois ans (gel en 2013, 0,5 % en 2014 et 0,75 % en 2015).

Premier syndicat de l’entreprise (29,7 %), la CFE-CGC a déjà annoncé qu’elle signerait. ce ne sera pas le cas de la CGT (25,2 %), qui, dès le départ, n’a pas caché son refus du principe même de cette négociation. Pour sa part, la CFDT (19,1 %) arrêtera sa position au début mars, le temps de consulter l’ensemble de ses sections. L’importance de cet accord exige un débat interne exemplaire.

jcitron@cfdt.fr