La fin de Petroplus Petit-Couronne

Publié le 19/04/2013
Le tribunal de commerce de Rouen a prononcé le 16 avril la liquidation du site. Les 470 salariés se sont battus depuis dix-mois pour la survie de la raffinerie normande.

Le verdict est tombé dans la journée du 16 avril. Le tribunal de commerce de Rouen n’a retenu aucune des deux offres de reprise de la raffinerie de Petit-Couronne. Il a estimé qu’aucune de ces offres n’offrait de garanties suffisantes pour assurer la pérennité industrielle du site et des emplois. Et a prononcé la liquidation de l’entreprise, écrivant la fin d’une aventure industrielle née en 1929.

Le coup est rude pour les 470 salariés du site. Ils ont mené un combat jugé unanimement exemplaire, depuis la mise en redressement judiciaire, le 24 janvier 2012. La déception est à la hauteur des espoirs suscités par les multiples rebondissements. Pour Laurent Patinier, délégué CFDT, c’est désormais sur le plan de sauvegarde de l’emploi que les efforts doivent porter.

Objectif zéro licenciement

La Fédération chimie-énergie CFDT a indiqué qu’elle allait « continuer de travailler avec l'équipe CFDT du site afin d’arriver à zéro licenciement ». Elle en a aussi appelé « aux principaux acteurs de la filière et aux pouvoirs publics pour que l’impact social de cette liquidation d’entreprise soit le plus indolore possible pour les salariés ».

aseigne@cfdt.fr

photo : © David Morganti Réa