Réforme des retraites : La CFDT exige des clarifications

Publié le 21/11/2019

A l’issue du bureau national des 20 et 21 novembre, la CFDT a réaffirmé sa position sur la réforme des retraites, son refus de toute mesure sur l’âge ou sur la durée de cotisation et a appelé le gouvernement à sortir de l’ambiguïté.

« Le gouvernement veut-il faire une réforme budgétaire ou veut-il faire une réforme de justice sociale ? Nous lui demandons de clarifier sa position. » Alors que les esprits s’échauffent sur la réforme des retraites, Laurent Berger a appelé, jeudi 21 novembre, le gouvernement à faire « œuvre de clarté », à « sortir de l’ambiguïté » actuelle et à mettre un terme aux déclarations parfois contradictoires qui créent des tensions sur un dossier toujours très anxiogène pour les Français.

 

Alors que la CFDT participe activement aux concertations avec le Haut-Commissariat depuis 18 mois et s’est félicitée à de nombreuses reprises de la qualité et de la richesse des échanges, les déclarations du Premier ministre laissant entendre que le gouvernement pourrait prendre des mesures pour allonger la durée de cotisation ont jeté le trouble. Pour la CFDT, de tels propos sont en totale contradiction avec les engagements du président de la République qui annonçait une réforme structurelle et non budgétaire. « Nous demandons au Président d’appliquer son programme », a souligné avec une pointe d’ironie le secrétaire général.

Alors que les esprits s’échauffent et que d’autres organisations syndicales appellent à une mobilisation le 5 décembre prochain, le Bureau national de la CFDT qui s’est réuni les 20 et 21 novembre a également réaffirmé la position de l’organisation afin d’engager un rapport de force avec le gouvernement sur des positions claires. Dans une déclaration votée à l’unanimité, il réaffirme son refus de toute mesure sur l’âge ou la durée de cotisation. Ces mesures paramétriques toucheraient en effet plus lourdement les populations les plus fragiles. Il réaffirme en revanche la nécessité de réformer en profondeur le système en créant « un système de retraite universel où tous les actifs, du public comme du privé, seraient solidaires ».

Une position qui explique pourquoi la CFDT n’appelle pas à la mobilisation du 5 décembre dont le mot d’ordre est clairement le refus de toute réforme des retraites. « Nous défendons l’idée d’une réforme systémique des retraites depuis 2010, a rappelé Laurent Berger. Si nous devons nous mobiliser dans l’avenir, cela ne sera pas en opposition à l’idée d’un système universel. C’est un vrai point de désaccord avec d’autres organisations syndicales. »

jcitron@cfdt.fr