Le programme de travail des partenaires sociaux pour 2014

Publié le 14/11/2013
La négociation d’assurance-chômage sera entamée au début de janvier 2014. Avant de s’engager sur d’autre sujets, les partenaires sociaux ont souhaité faire le bilan de leurs travaux antérieurs.

Réunies en comité de suivi de l’agenda social, le 13 novembre, organisations patronales (Medef, CGPME, UPA) et syndicales représentatives (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO) ont arrêté leur programme de travail pour l’année à venir. L’actuelle convention d’assurance-chômage sera prorogée du 31 décembre 2013 à la fin mars 2014. Il s’agit de permettre à la négociation sur la formation professionnelle d’aboutir avant d’entamer les discussions sur l’indemnisation des chômeurs et la mise en place des droits rechargeables. Le contrat de sécurisation professionnel (CSP), qui permet un accompagnement renforcé des salariés licenciés, sera également prorogé.

Du concret pour l’emploi des jeunes

Les partenaires sociaux feront le bilan des contrats de génération et des accords jeunes de 2011 d’ici à la fin de 2013 afin de poursuivre, voire d’améliorer les dispositifs pour 2014. « Il faut des mesures concrètes et significatives », a indiqué la secrétaire générale adjointe de la CFDT, Véronique Descacq. Également au programme, l’évaluation des accords modernisation du marché du travail de 2008, sécurisation de l’emploi et qualité de vie au travail de 2013.

En parallèle sera engagé un état des lieux de la délibération sur la modernisation du dialogue social. Les groupes de travail sur les retraites complémentaires vont poursuivre leurs travaux (pensions de réversion, basses pensions, convergence des deux régimes). Il faudra par ailleurs intégrer les effets de la réforme des retraites sur les régimes Agirc-Arrco. Une réunion de la commission de suivi sur la santé au travail et la prévention des risques professionnels a été décidée.

Les partenaires sociaux poursuivront par ailleurs le dialogue économique qui avait débouché en 2012 sur une Approche commune de la compétitivité et en 2013 sur des propositions pour "Réinventer la croissance". Enfin, deux sujets seront débattus : le financement du dialogue social et celui de la protection sociale. Les partenaires sociaux n’ont pas masqué leurs désaccords. Accepter d’en débattre est un premier pas. « C’est une bonne politique de ne pas préempter le fond avant d’être entrés dans les sujets », a commenté Véronique Descacq.

aseigne@cfdt.fr