Plan de relance européen : Un accord historique

Publié le 21/07/2020

Bouclé à 5 h 30 le mardi 21 juillet, le plan de relance européen de 750 milliards d’euros apparaît comme une avancée majeure pour les partisans d’une Union européenne plus intégrée et surtout plus solidaire.

Après cinq jours d’intenses tractations, les 27 pays de l’UE peuvent souffler. L’Europe sera bien au rendez-vous de la crise en venant en aide aux États membres les plus touchés par le coronavirus. « Une étape majeure et essentielle a été franchie. C’est un changement historique de notre Europe et de notre zone euro », a insisté Emmanuel Macron au sortir de cette négociation marathon qui a révélé un couple franco-allemand extrêmement soudé face à des pays du Nord qui ont mis tout leur poids dans la balance pour limiter l’ambition de ce plan. Les cinq jours de tractation auront en effet mis en lumière la division entre les pays du Nord qui se qualifient eux-mêmes de « frugaux » (Autriche, Danemark, Finlande, Pays-Bas, Suède) et les pays partisans d’un plan de relance massif qui vient prioritairement en aide aux États les plus touchés par la pandémie.

Quelle répartition ?

L’accord reflète forcément ce tiraillement. Sur les 750 milliards du plan, la part de subventions directes a été ramenées à 390 milliards (contre 500 milliards initialement prévus). Principaux pays impactés par le Covid, l’Italie et l’Espagne devraient obtenir chacun autour de 60 milliards, et la France entre 35 à 40 milliards. Le reste du plan de relance consiste en des prêts (à des taux avantageux grâce à la solidité financière de l’Union) que chaque État membre devra rembourser.

Partisan d’une intégration plus poussée de l’Union européenne, la CFDT ne peut que se féliciter de cette avancée qui organise une nouvelle solidarité entre les États membres – tout comme la Confédération européenne des syndicats (CES), qui s’est mobilisée ces dernières semaines afin d’obtenir des États un accord à la hauteur de la crise économique. « 10 % de la population de l’Union compte sur cette initiative pour échapper au chômage », rappelaient les organisations syndicales européennes ces derniers jours.

jcitron@cfdt.fr