Les syndicats brésiliens apportent leur soutien à Lula et Dilma Roussef

Publié le 01/04/2016

Jeudi 31 mars, les syndicats brésiliens sont descendus dans la rue à leur tour pour soutenir l'ex-président Lula et l'actuelle présidente Dilma Roussef. 

La crise brésilienne prend une nouvelle tournure. Après les grandes manifestations hostiles au pouvoir ces dernières semaines, après les accusations de corruption contre l’ex-président Lula et les menaces de destitution (impeachment) de l’actuelle présidente Dilma Roussef, ce sont les syndicats qui sont descendus dans la rue pour soutenir ces deux dirigeants. Ils étaient près de 200 000 à Brasilia jeudi 31 mars, selon la CUT du Brésil (première organisation syndicale du pays avec près de 7 millions d’adhérents).

La CUT et de nombreux dirigeants des autres organisations syndicales brésiliennes Força sindical, l’UGT, la CTB, la NCST et la CSB ont apporté leur soutien à la nomination de Lula comme ministre de la Casa Civil (équivalent de Premier ministre) alors qu’une enquête judiciaire menée par le juge fédéral Sergio Moro pouvait l’empêcher d’obtenir ce poste. Elles réaffirment également leur solidarité avec le gouvernement de Dilma Roussef. Cette dernière n'est pas menacée de destitution pour corruption mais pour sa gestion du budget de la nation. Pour ces organisations syndicales, « Cette nomination [de Lula] implique un changement dans la conduite des politiques économiques du gouvernement de Dilma. » Ces politiques économiques faisaient l’objet de vives critiques syndicales y compris de la CUT.

Elles estiment encore que Lula « va contribuer à solutionner la crise politique et institutionnelle qui frappe le Brésil. » Ces organisations et personnalités espèrent que l’ex-président s’inspirera des propositions formulées par les syndicalistes en décembre 2015 dans le « pacte pour le développement ». Ce document présente des solutions syndicales pour un retour à la croissance économique tandis que le pays fait face à une sévère récession.

Vendredi 1er avril, on apprenait que le juge fédéral Sergio Moro qui enquête sur Lula s’est vu retirer l’affaire par le tribunal fédéral suprême. 

dblain@cfdt.fr