INRS, Touche pas à ma prévention !

Publié le 11/12/2017

L’équipe CFDT de l’INRS se mobilise. En cause : la menace d’une amputation de 20% du budget de fonctionnement et une coupe de 10% des effectifs dans le projet de COG (convention d’objectifs et de gestion) pour les trois prochaines années. 

L’équipe CFDT de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents de travail et des maladies profesionnelles) est bien décidée à ne pas laisser faire. Pas question de voir amputer leur budget de fonctionnement de 20% et réduuire de 10% de leurs effectifs, tel que l’envisage la prochaine Convention d’objectifs et de gestion (COG) qui est en discussion actuellement et qui devrait être votée d’ici fin janvier. Cette baisse de moyens pourrait être fatale à cet établissement unique en son genre, qui emploie 200 chercheurs sur un total de 578 salariés (formateurs, expert, etc.). Pour se faire entendre, l’équipe CFDT a décidé de venir plaider sa cause au ministère du Travail, mais de manière originale et courageuse : en parcourant les 357 kilomètres reliant Nancy (où est basé le site de l’INRS) et Paris en courant.
inrs3Une petite dizaine de joggeurs très motivés sont ainsi partis de Nancy mardi 5 décembre, pour arriver vendredi 8 décembre dans la capitale. Une délégation de la Confédération les attendait pour les accompagner au cabinet de la ministre du Travail. « On en peut pas d’un côté dire qu’il faut davantage de prévention et de l’autre, couper les moyens », prévient Hervé Garnier, secrétaire national en charge du dossier Santé au travail à la Confédération, venu porter les revendications de l’équipe INRS. « Investir dans la prévention, c’est faire des économies. Rappellons qu’en 2016, 71 000 personnes se sont retrouvées à Pôle Emploi suite à une invalidité ».

Demande de sécurité au travail

Ce sont justement sur ces sujets que travaillent les chercheurs et experts de l’INRS : les troubles musculo-squelettiques, les risques que présentent les nano-particules, l’exposition aux agents chimiques, au bruit, aux risques mécaniques, aux divers facteurs de pénibilité… « L’INRS est le seul établissement de ce genre à baser ses préconisations sur des travaux scientifiques ou des mesures d’exposition dans les entreprise », explique Christian Darne, le délégué syndical central CFDT. Le chercheur alerte sur la menace d’une réduction de voilure, « à un moment où justement il faudrait créer de nouveaux postes car la demande en sécurité au travail augmente ». Déjà la précédente COG avait raboté le budget de 10% et près de 50 postes avaient été supprimés. « Nous sommes une richesse », souligne Christian Darne, évoquant un autre fameux slogan à la CFDT. Une richesse à préserver…

epirat@cfdt.fr