Groupama Loire-Bretagne, la proximité… malgré les distances

Publié le 16/09/2014

Grâce à la pratique de tournées et à une politique de communication nourrie, les militants de la section Groupama Loire-Bretagne font vivre la proximité avec les salariés et les adhérents. Résultat : la CFDT est la première organisation syndicale.

« Qui veut se charger du 44 ? Sandrine, tu prends le 22 ? » Autour de la table, la petite dizaine d’élus CFDT de Groupama Loire-Bretagne membres du « groupe communication » se répartit les rôles à l’occasion de la préparation de la prochaine tournée d’agences. Avec plus de 2 200 salariés répartis en un réseau de 298 agences dans six départements, auxquelles il faut ajouter six sites (dont le siège de Rennes), la section CFDT a dû adapter ses pratiques pour pouvoir rester proche des salariés. L’organisation de tournées bien structurées en fait partie : les militants volontaires, par binômes, définissent un secteur, un calendrier, un plan de tournée, à raison de trois ou quatre visites d’agences en une journée. Du fait des distances à couvrir, il est difficile d’en faire davantage. « Dix-neuf agences en Maine-et-Loire… en quatre jours, c’est fait ! », plaisante Christophe Veillon, l’un des trois délégués syndicaux de la section, qui coordonne le travail d’ensemble. « Beaucoup de salariés travaillent de manière isolée, en agence “unipersonnel”. Ils restent parfois plus d’une semaine sans voir une autre personne de l’entreprise », indique Thierry Gallois, élu DP et CE, conseiller à l’agence de Pontivy (Morbilhan).

Faire écho aux revendications

On comprend que le passage d’un représentant CFDT soit le bienvenu. « Nous arrivons toujours avec un document ou une information à donner. Cela permet d’engager la discussion, de présenter la CFDT et le rôle des élus. Ensuite, l’échange se poursuit librement », explique Sandrine Morelli, conseillère à Plestin-les-Grèves (Finistère), qui, en tant que membre du CHSCT, profite toujours de l’occasion pour faire le tour des lieux et repérer les éventuels manquements.

   


Proximité

Malgré l’éparpillement des 2 200 salariés sur six départements et 298 agences, la section CFDT ose la proximité. Forte d’une cinquantaine d’élus, elle organise régulièrement des tournées d’agences effectuées en binômes ou des « tournées métiers », « pour faire remonter les revendications ». Avec ce principe : ne jamais laisser une question sans réponse ni une tournée sans un retour aux salariés rencontrés. Des cafés syndicaux, testés sur deux départements, sont l’occasion de rendre l’organisation visible et accessible.

Communication
Une communication aussi diverse que soignée est le deuxième vecteur du lien régulier aux salariés que la section tient à maintenir. Parmi les outils, des Flash d’information réguliers aux adhérents et salariés, un livret d’accueil distribué aux nouveaux embauchés, une communication spécifique pour les cadres, ainsi qu’un site dédié aux salariés de Groupama Loire-Bretagne.

Des adhésions à un rythme régulier
Cet « engagement permanent » permet à la CFDT de continuer à progresser, en termes d’adhésions, malgré le turnover et les départs en retraite. La CFDT est la première organisation syndicale, avec un taux de syndicalisation de 25 % 
!

   

Pendant ces visites, les militants écoutent, expliquent, notent les questions ou problèmes individuels, évaluent le moral des troupes. Dernièrement, « on a relevé plusieurs cas de salariés stressés par les objectifs ou les procédures. Ils se plaignent de n’avoir plus aucune autonomie et se sentent infantilisés », remarque Carole Hénon, déléguée du personnel. Pour cette chargée d’études au siège, « ces visites sont l’occasion de connaître d’autres métiers, de mieux comprendre leurs contraintes, leurs problématiques, et du coup, de mieux faire écho aux attentes exprimées ». La section a d’ailleurs également développé des « tournées métiers », organisées pour aller à la rencontre de salariés dont la situation mérite une attention particulière : ainsi de ceux dont l’activité va connaître des mutations dans le cadre des évolutions stratégiques de l’entreprise, par exemple. C’était récemment le cas des CSU (conseillers spécialistes urbains). Vu la disparition programmée de leur métier, ces professionnels, qui vont passer conseillers auprès des particuliers, vont perdre plusieurs acquis. La question a donc été remontée en réunion de comité d’entreprise. Dans l’e-mail de remerciement envoyé à chaque salarié rencontré, les militants chargés de la tournée ont pris le soin d’inclure la partie du procès-verbal de réunion qui concernait cette situation. Avec les réponses de la direction. « C’est important de montrer que leur parole est prise en compte. Que nous ne sommes pas simplement passés nous promener », précise Christophe Veillon. C’est d’ailleurs l’un des grands principes : ne jamais laisser de situation sans réponse, ne jamais clore une tournée sans un retour aux salariés. L’objectif principal n’est pas de « faire de l’adhésion à tout prix ». Mais les militants savent que les documents ou le contact laissé pourront être utilisés en cas de besoin. C’est avant tout dans une démarche de lien et de service que se placent les élus. « Notre objectif est de montrer que nous sommes présents, et pas simplement là la veille des élections », résume Sandrine. L’accueil est généralement très positif. Christophe Veillon ne se souvient que d’une seule fois où un salarié l’avait accueilli d’un « Je n’en ai rien à f… des syndicats. Vous ne servez à rien ! » ; la discussion avait été un peu corsée. « Le meilleur, c’est que ce salarié a finalement eu besoin de nous… il a fini par adhérer ! », sourit Christophe.

« Flash », tracts, site… et café syndical

Le lien et la proximité, c’est aussi à travers une communication très fournie que la section Groupama Loire-Bretagne les entretient. Le nombre et la qualité des supports se sont enrichis au fil du temps. À l’information aux salariés (un Flash est publié à l’issue de chaque réunion mensuelle des DP du réseau ou des sites) s’ajoute une information spécifique aux adhérents, sous la forme d’un Flash recto verso trimestriel. Certains sujets traités sont d’ailleurs inspirés de questions et de préoccupations de collègues relevées lors des tournées. Un livret à destination des jeunes embauchés a été édité. Une communication spécifique tournée vers les cadres est en train de s’étoffer, tout comme la version 2 du site internet de la section ! Sans oublier les flyers, sortes de cartes postales humoristiques et parodiques des campagnes de la direction. Expliquer, informer, communiquer : les élus de la CFDT-Groupama Loire-Bretagne en ont fait un engagement permanent. « On essaie de se remettre en question régulièrement pour améliorer notre communication », résume Christophe Veillon. Dernière innovation en date, actuellement testée dans les départements du Finistère et d’Ille-et-Vilaine : le café syndical, sorte de permanence informelle ayant lieu pendant le temps du déjeuner, dans un lieu pratique sur le passage vers la cantine, afin que les gens puissent s’y arrêter facilement, discuter ou poser leurs questions. « Ça marche bien ! », note Christophe. Chez Groupama Loire-Bretagne, la proximité n’est pas qu’un slogan.

epirat@cfdt.fr

   


Groupama en chiffres

  • Groupama, groupe de mutuelles spécialisé dans l’assurance, est organisé régionalement. Les réorganisations et fusions d’agences sont terminées, mais un vaste projet de transformation de l’informatique est en cours, qui va occasionner de grands changements pour les salariés. Les militants ont du travail de suivi en perspective !
  • La CFDT est la première organisation syndicale (52 % aux dernières élections), devant la CFTC (22 %), la CGC (16 %) et l’Unsa (10 %). Idem chez les cadres (32 %), devant CFTC (28 %), CGC (29 %) et Unsa (11 %). La CGT n’est pas présente.