Un “Ségur de la Santé” pour repenser le système de santé ?

Publié le 25/05/2020

Le 25 mai, le Premier ministre, Edouard Philippe a lancé le « Ségur de la Santé ». Objectif de ce rendez-vous ? Répondre aux attentes et aux inquiétudes exprimées par les personnels du secteur sanitaire, social et médico-social, du public et du privé, depuis des mois et cruellement mis en lumière au révélateur de la crise sanitaire. Il a promis « des choix forts et assumés et des changements radicaux. »

Rémunération, temps de travail, investissement et financement de l’hôpital, organisation entre la médecine de ville et l’hôpital, inégalités… les chantiers ne manquent pas. « Montrer notre reconnaissance aux soignants est une évidence, a insisté le premier ministre. Elle se traduira dans les rémunérations. La revalorisation sera significative. » Des annonces attendues et entendues par la CFDT Santé-Sociaux qui participera activement aux travaux à venir. « Il faut passer des paroles aux actes, et agir à tous les niveaux, insiste Eve Rescanières, secrétaire générale de la fédération Santé-Sociaux. Qualité de vie au travail, équilibre de la vie professionnelle et personnelle, protection sociale des agents et salariés devront être pris en compte. Elle rappelle également que les mesures devront concernés l’ensemble des métiers. « La santé ce n’est pas que les soignants. C’est un ensemble de métiers qui contribuent à la qualité des soins. » Cette concertation, dont le pilotage est confié à Nicole Notat, doit s’achever d’ici la fin juin. Les conclusions des travaux de juillet seront présentées mi-juillet. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale est lui prévu pour l’automne. « Tous les problèmes ne seront pas réglés d’ici les semaines à venir. Nous devrons agir sur le long-terme. Notre plan B, est prêt, rappelle Eve Rescanières.

glefevre@cfdt.fr