Fonction publique  : Et maintenant (après le Covid) il faut négocier 

Publié le 26/06/2020

« Il n’est plus possible aujourd’hui d’ignorer le rôle des services publics, des agents publics et les besoins de proximité pour les usagers », a insisté Mylène Jacquot, la secrétaire générale de la CFDT Fonctions publiques, à l’occasion de la réunion extraordinaire du Conseil commun de la Fonction publique consacrée au bilan de la crise Covid, organisée le 25 juin.

« C’était une demande de notre part, rappelle Mylène Jacquot. Ce rendez-vous a été l’occasion pour la CFDT Fonctions publiques de fixer des perspectives pour les semaines et mois à venir. Un premier constat s’impose, il est plus que jamais urgent de renforcer le dialogue à tous les niveaux. « Plus on se rapprochait du local, plus les difficultés étaient nombreuses. Dans certains endroits, il s’est même complétement arrêté », déplore la secrétaire générale. De ce fait, l'intention du gouvernement de réduire de 15 à 14 le nombre de sièges dans les comités sociaux ministériels est un très mauvais signal. « Si cette intention était maintenue, ce ne serait rien d'autre qu'une provocation et un acte de défiance à l'encontre des partenaires sociaux. » Fort heureusement, Olivier Dussopt a rapidement répondu que nos réactions avaient été prises en compte pour maintenir l'existant.

Des attentes fortes sur l’organisation du travail 

Organisation du travail, télétravail, mobilité, santé, rémunérations… Les préoccupations des agents publics sont nombreuses à l’aune de cette crise sanitaire. « Elle doivent être entendues et des négociations doivent s’ouvrir sur le télétravail, et plus généralement sur l’organisation du travail, prévient Mylène Jacquot. Il y a une vraie attente de la part des agents. » Par ailleurs, si la mise en œuvre anticipée de l’indemnité kilométrique répond à une revendication de la CFDT Fonctions publiques, elle appelle à mettre en place des plans de déplacements négociés, « y compris en dépassant les frontières des services pour s’intéresser aux territoires ». Enfin, et alors que les jeunes sont particulièrement impactés par la crise, la CFDT Fonctions publiques demande à la Fonction publique de prendre ses responsabilités, en matière de formation et d’accès à l’emploi. « L’apprentissage doit se développer dans l'ensemble des versants, ce qui impose de prendre des mesures en matière de financement. »

glefevre@cfdt.fr