Fonctions publiques : une campagne menée tambour battant sur l'Île de la Réunion

Publié le 14/11/2018

La campagne CFDT pour les élections fonctions publiques bat son plein plein sur l'île de la Réunion. Avec un objectif en tête : grapiller une place auprès des agents fonctionnaires et contractuels pour conforter sa position de leader des organisations syndicales tous secteurs confondus.

           

Le 6 décembre, les isoloirs installés sur l’île de la Réunion tireront leurs rideaux trois heures plus tôt qu’en Métropole. Pour donner le la des élections fonctions publiques ? Les militants CFDT du « caillou volcanique » de l’océan Indien l’espèrent.

Depuis de nombreuses années la CFDT s’affirme comme le leader des organisations syndicales, tous secteurs confondus, aussi bien en représentativité qu’en nombre d’adhérents. Une position qu’elle souhaite conforter en passant de la troisième à la deuxième marche du podium de la fonction publique, explique Karl Maillot, secrétaire général adjoint de la CFDT Réunion. Pour atteindre cet objectif, rien n’a été laissé au hasard.

Depuis plusieurs semaines, les équipes labourent le terrain, coordonnées par une « task force » interprofessionnelle mise en place pour l‘occasion. La secrétaire nationale Jocelyne Cabanal, venue leur prêter main-forte début novembre, a pu s’en rendre compte par elle-même. « Je suis admirative du dynamisme et de la jeunesse de votre  collectif », a-t-elle lancé devant un parterre d’une quarantaine de militants CFDT appartenant aux trois versants de la fonction publique, réunis pour lancer le dernier sprint de la campagne, le 9 novembre. Trois versants qui, à 10 000 km au sud de la Métropole, présentent quelques caractéristiques dont les militants ont fait leur cheval de bataille.

La vétusté des écoles réunionnaises

Dans l’éducation nationale ? La vétusté des bâtiments scolaires. « Nos écoles reçoivent des contre-indications pour accueillir des centres aérés pendant les vacances mais nous y faisons classe tout le reste de l’année », s’inquiète Didier Hoarau, secrétaire général du Sgen Réunion. Dans les collectivités territoriales ? 80% des agents sont contractuels. Un taux quatre fois supérieur à celui de la Métropole et qui charrie son lot d’inégalités et de précarité, constate Alain Mani, secrétaire général du syndicat Interco. Dans l’hospitalière ? La constitution d’un grand CHU sur fond de suppressions d’emplois et de réduction de moyens met sous pression des personnels au bout du rouleau. Inquiétant. Sur une île qui compte 40% de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, les services publics jouent pourtant un rôle essentiel  de cohésion et de soutien d’une population en difficulté. 

dprimault@cfdt.fr