Lutte contre le chômage : ces dispositifs qui marchent

Publié le 03/02/2015

Si 2014 reste une année noire sur le front de l’emploi, des dispositifs en faveur des chômeurs commencent à porter leurs fruits.

Avec 191 700 demandeurs d’emploi supplémentaires sans aucune activité, un chiffre en hausse de 5,4 % sur un an, 2014 a battu de tristes records en matière de chômage. Les prévisions de l’Unédic pour 2015, qui anticipe une nouvelle hausse de 104 000 inscrits en catégorie A, n’incitent guère plus à l’optimisme. Pourtant, des dispositifs en faveur de l’emploi commencent à porter leurs fruits. Le renforcement des moyens consacrés à la formation prioritaire des demandeurs d’emploi dans le cadre du « plan 100 000 » a permis de dépasser l’objectif initial. Ainsi, à la fin 2014, 101 152 formations prioritaires avaient été engagées, indique Pôle emploi, « bénéficiant majoritairement aux moins qualifiés, 84 % des entrants ayant un niveau BEP-CAP ou [étant] sans diplôme ». Selon un bilan de septembre 2014, sur les 39 000 bénéficiaires de ces formations entre août et décembre 2013, 65 % avaient un emploi dans les six mois en lien avec la formation suivie. Et les trois quarts d’entre eux bénéficiaient d’un emploi durable. Une satisfaction pour la CFDT, et « la démonstration qu’avec un accompagnement ciblé, les demandeurs d’emploi peuvent être correctement réinsérés sur le marché du travail ».

Montée en puissance

Ces formations, avec la montée en puissance d’autres dispositifs tels la garantie jeunes, les droits rechargeables ou le contrat de sécurisation professionnelle, sont autant d’outils permettant de répondre aux besoins spécifiques des demandeurs d’emploi. Mais ils ne sauraient faire oublier que la lutte contre le chômage nécessite « un engagement plus fort des branches et des entreprises dans le pacte de responsabilité », souligne la secrétaire générale adjointe, Véronique Descacq.

aballe@cfdt.fr

photo © Frédéric Maigrot / Réa