Lutte contre la pauvreté et le chômage de longue durée : peut mieux faire !

Publié le 19/02/2015

Fin janvier, l'Igas a publié son évaluation du plan de lutte contre la pauvreté qui doit être suivie d’annonces du gouvernement. En outre, le 9 février, le ministre du Travail a présenté des mesures visant à accompagner les demandeurs d’emploi visés par le chômage de longue durée, les plus précaires. Selon la CFDT, des mesures indispensables mais insuffisantes.

Le 26 janvier dernier, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) a remis au Premier ministre un rapport qui évalue la deuxième année de mise en œuvre du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

Rédigé par François Chérèque, Christine Abrossimov et Mustapha Khennouf, le document constate que les principales mesures du Plan sont engagées : la Caisse nationale des allocations familiales a réalisé 100 000 rendez-vous auprès des personnes en situation de pauvreté pour les informer sur leurs droits ; la garantie jeunes, obtenue par la CFDT, se met en place (dispositif qui permet aux 18-25 ans, sans travail et ne suivant pas d’études, de toucher une allocation dans le cadre d’un parcours intensif d'accès à l'emploi et à la formation) ; la réforme de l’insertion par l’activité économique est lancée ; la fusion entre le RSA et la prime pour l’emploi (PPE) doit être effective en 2016, etc.

Mais la mission de l’Igas pointe des retards pour l’application de nombreuses mesures :

  • Le dossier simplifié, qui devait permettre d’effectuer une demande unique pour plusieurs prestations, est abandonné. Il doit être remplacé par un simulateur des droits. 

  • Concernant l’amélioration de la mobilité des travailleurs modestes, tout reste à faire.

  • Les objectifs de construction des logements sociaux ne sont pas atteints.

  • Quant à l’hébergement d’urgence, qui est dans une situation critique, le gouvernement vient d’annoncer un plan visant à privilégier les intermédiaires locatifs aux hôtels, suivant les préconisations de l’Igas. 

  • Pour lutter contre le non-recours à la CMU complémentaire, le rapport recommande que les bénéficiaires du RSA activité (alloué en complément d'un salaire insuffisant) y accèdent automatiquement.

La mission alerte aussi sur la pauvreté des enfants. Près d’un enfant sur cinq vit dans une famille pauvre. Entre 2008 et 2012, le nombre d’enfants pauvres a augmenté de 440 000. L’Igas recommande d’établir un plan spécifique pour ces familles, avec un accompagnement renforcé vers l’emploi. Il insiste sur la nécessité de faciliter l’accès aux crèches et aux garderies des écoles pour les parents qui cherchent un emploi. C’est une mesure que le ministre du Travail, François Rebsamen, a reprise parmi celles annoncées le 9 février pour lutter contre le chômage de longue durée.

Le chômage de longue durée : quatre demandeurs d’emploi sur dix concernés

Phénomène massif qui ne cesse de s’amplifier, le chômage de longue durée concerne près de 2,25 millions de personnes. Membre du comité de mobilisation pour l’emploi, mis en place par Michel Sapin depuis la conférence sociale de juillet 2013, la CFDT rappelle cependant que le chômage de longue durée recouvre des réalités différentes suivant les personnes. Certains cumulent des problèmes de sous-qualification, de logement, de gardes d’enfants, etc. D’autres alternent chômage et emploi sans parvenir à se stabiliser. Et il y aussi les seniors qui, découragés, ont renoncé à trouver un emploi. Les freins au retour à l’emploi diffèrent suivant ces situations.

Les mesures proposées par le gouvernement visent quelques-uns de ces freins. Un droit à la formation qualifiante gratuite pour les demandeurs d’emploi va être créé dès mars 2015, dans le cadre du nouveau compte personnel de formation (CPF). Les personnes qui n’avaient pas acquis d’heures de Dif verront leur CPF abondé de 100 heures, grâce au Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP). La garantie de loyer sera ouverte aux chômeurs retrouvant un emploi, hors CDI confirmé. Les demandeurs d’emploi vont bénéficier d’un accompagnement intensif de la part de Pôle emploi.

La CFDT veillera à la mise en œuvre des mesures

Certaines de ces mesures avaient déjà été actées, dans la loi de mars 2014 sur la formation professionnelle ou dans la convention tripartite État - Pôle emploi - Unédic signée en décembre dernier.

La CFDT salue cette approche multidimensionnelle et entend suivre avec la plus grande attention leur mise en œuvre. « Mais seule une partie des demandeurs d’emploi de longue durée est concernée par ces mesures », regrette la Confédération. La CFDT estime que les ruptures de contrats de travail visant les salariés âgés de plus de 55 ans, et aussi les contrats trop courts sont des points qui doivent absolument être abordés dans les négociations de branches professionnelles.

De plus, la CFDT souligne que les mesures sociales annoncées par le gouvernement, si elles sont indispensables, ne sont pas suffisantes. Le problème, c’est avant tout l’emploi, trop rare et trop précaire ! « La politique d’aides aux entreprises, d’allègements de leurs cotisations sociales et fiscales doit se traduire par des investissements créateurs d’emplois », insiste la CFDT.

nfigarol@cfdt.fr