Les exigences de la CFDT sur la mise en oeuvre des emplois d'avenir

Publié le 22/08/2012 à 00H00
Le gouvernement présentera la semaine prochaine projet de loi visant à créer 150 000 emplois d'avenir. Pour la CFDT, il est important que cette mesure favorise la création d'emplois pérennes pour les jeunes dans des secteurs d'avenir.

.Laurent Berger, secrétaire général adjoint de la CFDT pose d’ores et déjà plusieurs exigences concernant la mise en œuvre de ces emplois d’avenir. Ils doivent être ouverts dans champs professionnels à potentiel de croissance durable dans le public, l’économie sociale et à titre expérimental dans le privé, en particulier dans le domaine environnemental. Pour cela, « le gouvernement doit définir au préalable les 'secteurs d’avenir' qui seront la priorité des emplois d’avenir » .

Favoriser le parcours professionnel des jeunes

Les emplois d’avenir doivent s’adresser en priorité aux jeunes éloignés de l’emploi et à ceux issus des territoires défavorisés (urbains comme ruraux). Ils doivent permettre aux jeunes de s’inscrire dans un parcours professionnel sécurisé et ascendant en termes d’accompagnement et d’accès aux compétences. Pour la CFDT il faut donc que ces emplois d’avenir soient des CDI avec tous les droits sociaux qui y sont attachés.

Enfin, Laurent Berger insiste sur la nécessité que « la mise en œuvre, le suivi et l’élaboration des emplois d’avenir doit implique les partenaires sociaux au niveau national et sur les territoires » et soit articulée avec les accords interprofessionnels signés en 2011 entre les syndicats et le patronat.

N. B.