Les chiffres du chômage, comment ça marche ?

Publié le 11/12/2012
A chaque nouvelle annonce des chiffres du chômage, revient cette interrogation : Combien y a-t-il réellement de chômeurs en France ? À cette question, particulièrement sensible politiquement, la statistique publique répond par des indicateurs multiples car le chômage est une réalité extrêmement complexe à appréhender. Au risque de créer des confusions, sinon des polémiques.

L’Insee (Institut national de la statistique) d’une part, et la Dares (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques du ministère du Travail) et Pôle emploi d’autre part, publient des résultats issus de deux approches différentes mais complémentaires. Pour limiter les risques de confusion, ces résultats, publiés sur des périodicités différentes, prennent deux formes : Le taux de chômage (en %) est calculé chaque trimestre par l’Insee à partir d'une enquête auprès de 100 000 personnes de plus de 15 ans. Il mesure la population sans emploi et à la recherche d’un emploi, en rapportant le nombre de chômeurs au sens du BIT à l’ensemble de la population active. C’est l’indicateur de référence de l’évolution conjoncturelle du chômage.
ChiffresChomage 40Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en fin de mois est publié mensuellement conjointement par la Dares et Pôle emploi. Il fournit des informations très fines sur les caractéristiques des demandeurs d’emplois (motifs d’inscription à Pôle emploi, de sortie, durée du chômage, répartition géographique, indemnisés, activités partielles, etc.), mais ne suffit pas à mesurer de manière exhaustive le chômage (même si c’est le plus médiatisé). Pôle Emploi classe les demandeurs par catégories (de A à E). Le chiffre le plus régulièrement cité ne prend en compte que les chômeurs n'ayant aucune activité (catégorie A). Mais, si on inclut ceux qui exercent une activité réduite (temps partiel ou des jours de travail au cours du mois), on arrive à 4,515 millions de personnes fin septembre 2012 en métropole (4,797 millions avec l'Outre-mer). Ces chiffres ne comptabilisent pas certains chômeurs comme ceux en formation et en contrat de sécurisation professionnelle (catégorie D) ou en contrats aidés (catégorie E), soit 604 300. Au total, les cinq catégories regroupent donc, fin juillet 5,400 millions de demandeurs d'emploi en France métropolitaine.

Pourquoi les chiffres sont-ils différents ?

Tous les chômeurs au sens du BIT ne sont pas inscrits à Pôle emploi et inversement. C'est le cas notamment de nombreux jeunes n'ayant jamais travaillé et qui ne s'inscrivent pas à Pôle Emploi, sachant qu'ils n'ont pas droit à des allocations. De même, tous les titulaires du RSA (revenu de solidarité active sont loin d’être inscrits à Pôle emploi). Inversement, un inscrit à Pôle Emploi déclarant à l'Insee ne pas être disponible dans les deux semaines (s’il est en CDD de trois semaines par exemple) ne sera pas considéré au chômage par l'Insee.

Des frontières floues

Au sein de la population en âge de travailler, on peut tracer deux frontières : la première sépare les personnes ayant un emploi des personnes sans emploi ; la deuxième sépare, au sein des personnes sans emploi, les chômeurs des inactifs (retraités, étudiants, mais aussi les jeunes ni en emploi ni en scolarité ni à la recherche d’un emploi et dont le nombre en croissance dépasse 500 000). Les chômeurs sont quant à eux bien comptabilisés dans les « actifs », avec les personnes ayant un emploi.
Le plus souvent, le classement d'une personne donnée dans une des catégories, « personne ayant un emploi », « chômeur » ou « inactif », ne pose pas de problème. Mais ce n'est pas toujours le cas, car les frontières entre catégories sont de fait assez floues, notamment du fait la multiplication des situations d’emploi très complexes et de précarité.
Les multiples indicateurs se complètent donc pour construire une représentation plus riche et précise des réalités du marché du travail. Enfin, les statistiques nationales dépendant des règles d'inscription différentes d'un pays à l'autre et d'une époque à l'autre, le taux de chômage de l’Insee donc est indispensable pour comparer la France à ses voisins.

 

Les définitions du BIT


Un chômeur au sens du Bureau international du travail (BIT) est une personne en âge de travailler (c’est-à-dire ayant 15 ans ou plus) qui :

1/ n’a pas travaillé, ne serait-ce qu’une heure, au cours de la semaine donnée,

2/ est disponible pour travailler dans les deux semaines

3/ a entrepris des démarches actives de recherche d’emploi dans le mois précédent (ou a trouvé un emploi qui commence dans les trois mois).


TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS