Le chômage poursuit son inexorable ascension

Publié le 27/08/2012 à 00H00 (mis à jour le 28/08/2012 à 09H16)
Pour le quinzième mois consécutif, le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté en juillet. Loin de vouloir s'inverser, la courbe s'accélère. Un engagement pour les partenaires sociaux à agir.

Non seulement, la hausse du chômage se poursuit, pour le quinzième mois consécutif, mais elle s’accélère : en juillet, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A (sans aucune activité) a bondi de 1,4% (+ 41 300), frôlant la barre symbolique des trois millions. Sur un an, la hausse atteint 8,5%. En tenant compte des demandeurs ayant eu une activité réduite (catégories A, B, C), Pôle emploi recense désormais 4,45 millions de chômeurs, soit 7 ,9% de plus qu’à la fin juillet 2011. « Le chômage atteint des proportions catastrophiques, et avec lui, l’augmentation de la précarité, de l’exclusion et des difficultés de vie pour un nombre croissant de salariés et demandeurs d’emploi », a commenté Laurent Berger.

Une fois de plus, les moins de 25 ans et les plus de 50 ans sont davantage victimes de la hausse du chômage : + 1,7% dans ces deux classes d’âge, en catégorie A. Mais si l’on tient compte de la progression sur un an, le nombre de chômeurs seniors a cru de 16,3%, celui des jeunes de 7,3%. À défaut de parvenir rapidement à inverser la tendance, le gouvernement a bien identifié ces points noirs en réservant deux dispositifs – les emplois d’avenir et les contrats de génération – à ces tranches d’âge.

Responsabilité partagée

« Les mesures d’urgence, ciblées vers les publics les plus en difficulté (contrats aidés, emplois d’avenir ou moyens supplémentaires à Pôle emploi) sont une première réponse à concrétiser, a poursuivi le secrétaire général adjoint. La CFDT souhaite aussi que la concertation sur la formation des demandeurs d’emploi annoncée lors de la conférence sociale, soit lancée très rapidement. » Mais cela ne suffira pas. Pour la CFDT, « ces mauvais chiffres du chômage doivent alerter l’État, le patronat et les syndicats sur leurs responsabilités respectives pour développer et maintenir l’emploi » en ouvrant « rapidement » la négociation sur la sécurisation des parcours professionnels et en recherchant « des mesures de fond pour relancer la compétitivité et développer l’emploi ».

A. S.