Le chômage au plus haut depuis 13 ans

Publié le 26/09/2012 à 00H00
Le nombre de demandeurs d'emploi augmente à nouveau pour le seizième mois consécutif. La barre des trois millions de chômeurs est désormais franchie. "Ce n'est pas inéluctable", a estimé François Chérèque.

C’est désormais officiel : la barre symbolique des trois millions de chômeurs est franchie. Vingt-trois mille personnes ont rejoint les rangs des demandeurs d’emploi en catégorie A (sans activité) en août, selon les chiffres de Pôle emploi. Le nombre de demandeurs d’emploi atteint ainsi 3,011 millions de personnes en France métropolitaine, « son niveau le plus élevé depuis 13 ans », constate le ministre Michel Sapin. En ajoutant les demandeurs ayant eu une activité réduite et l’outre-mer, le chiffre atteint 4,733 millions. La hausse est inférieure à celle de juillet, où le chômage avait bondi de 1,4 %, mais n’en est pas moins conséquente : + 0,8%. C’est surtout le seizième mois consécutif de hausse du chômage.

Légère inflexion des entrées à Pôle emploi

Dans le détail, ce sont les plus de 50 ans qui paient le plus lourd tribut : leur nombre augmente de nouveau de 1,7% en août, comme en juillet, soit une hausse de 16,9% sur un an. Autre sujet de préoccupation, le chômage de longue durée continue de s’installer : le nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus de trois ans atteint désormais 475 100 personnes (+ 1,4%), en hausse de 21,6% sur un an.

Seule relative bonne nouvelle, les entrées à Pôle emploi en catégories A, B, C diminuent en août (-5,2 % sur un mois, -1,1 % sur un an), pour la première fois depuis mars 2012, et ce quels qu’en soient les motifs : fins de contrat à durée déterminée (-2,5 %), fins de mission d’intérim (-13,4 %), licenciements économiques (-12,5 %), autres licenciements (-7,4 %), démissions (-7,0 %), reprises d’activité (-2,8 %). Seules les « premières entrées » sont en hausse. Mais cette inflexion est insuffisante pour stopper la hausse.

Dans ce contexte, le gouvernement sera-t-il à même d’inverser la courbe du chômage d’ici un an, comme l’a promis le président de la République début septembre ? « C’est notre objectif fondamental », a indiqué le ministre du Travail, Michel Sapin, devant l’Ajis (Association des journalistes de l’information sociale). « C’est un objectif de mobilisation et un objectif atteignable », veut croire le ministre qui a rappelé les chantiers en cours pour y parvenir : emplois d’avenir, négociations sur les contrats de génération et la sécurisation de l’emploi, « agenda du redressement […] pour améliorer la compétitivité de notre économie et soutenir l’activité et l’emploi sur notre territoire ». François Chérèque a également estimé que la hausse du chômage « n’est pas inéluctable », pointant les deux enjeux de la période : l'anticipation dans les entreprises et la compétitivité.