Formation professionnelle, les premières pistes pour la réforme

Publié le 10/07/2013
Le gouvernement a adressé aux partenaires sociaux le document d’orientation fixant le cadre de la négociation sur la formation professionnelle, qui doit aboutir à un accord d’ici à la fin du mois de novembre.

La volonté du gouvernement est de procéder à une « réforme ambitieuse » et non à « un énième ajustement ». Mais le document ne contient pas de consignes précises ; il laisse aux partenaires sociaux une grande latitude. « Plutôt satisfaits, nous avons le sentiment que le problème est envisagé dans sa globalité », commente Marie-Andrée Seguin, secrétaire nationale chargée du dossier à la CFDT.

Mise en œuvre du compte personnel de formation

Les priorités du gouvernement sont énoncées : « sécuriser les parcours professionnels des actifs » (salariés et demandeurs d’emploi), faciliter l’accès de la formation à ceux qui en ont le plus besoin, faire de la formation professionnelle un « investissement de compétitivité de l’entreprise » et en améliorer la gouvernance. Le CPF (compte personnel de formation) – dont les contours ont été ébauchés dans l’Ani du 11 janvier 2013 puis dans la loi de juin sur la sécurisation de l’emploi – devra être rendu opérationnel, intégrer le Dif et s’articuler avec les autres dispositifs de formation. La mise en œuvre du CPF est à l’étude dans le cadre d’une concertation quadripartite lancée en mai dernier entre l’État, les régions, les organisations syndicales et patronales, et va se poursuivre en parallèle avec la négociation entre partenaires sociaux. « Nous approuvons ce nouveau schéma, note Marie-Andrée, car il permet à l’ensemble des acteurs d’avancer en connaissance de cause. » Rendez-vous est pris à la rentrée pour les premières séances de négociation.

mneltchaninoff@cfdt.fr

photo :  © Stéphane Leitenberger /  Réa