Formation professionnelle : la négociation a repris

Publié le 02/02/2018

Après deux semaines de suspension sur fond de conflit entre les régions et le patronat, la négociation sur la formation professionnelle a enfin repris le vendredi 2 février. Objectif : aboutir à un accord avant la fin du mois.

Suspendue à l’apaisement de la querelle entre les Régions de France et le patronat sur le pilotage et le financement de l’apprentissage, la négociation sur la formation professionnelle a repris son cours le vendredi 2 février après deux semaines d’interruption. Un sujet s’est imposé de lui-même pour cette séance de reprise des discussions : l’alternance. L’avant-veille, le Medef, l’U2P et la CPME avaient transmis aux organisations syndicales un avant-projet d’accord interprofessionnel de neuf pages sur ce thème. La CFDT a noté avec satisfaction qu’il pointait « la responsabilité plus forte des partenaires sociaux sans nier pour autant le besoin d’une modulation territoriale ». Mais elle a également tenu à souligner les manques de la proposition patronale. « Il y a très peu de mesures sur l’accompagnement des jeunes dans leur apprentissage, a regretté Yvan Ricordeau, le chef de file de la délégation CFDT. Nous avons également demandé que toutes les mesures qui visent à assouplir les questions statutaires soient clairement discutées ou purement et simplement retirées ».  Elles touchent notamment à la sécurité des apprentis mineurs, à la rupture de contrats ou encore à l’évolution vers un seul statut de l’alternant… « Sur toutes ces questions, nous serons très vigilants. Les réponses sont aujourd’hui trop vagues pour être satisfaisantes », a déclaré le secrétaire national de la CFDT à la sortie de la négociation. Tous ces points en débat devront être tranchés avant d’entamer la réflexion sur la gouvernance et le financement de la formation professionnelle. Selon Yvan Ricordeau, « une péréquation élevée » est indispensable pour le bon fonctionnement du dispositif. « Mais nous n’entrerons dans cette discussion que le jour où nous aurons des évaluations de l’impact financier de ces mesures branche par branche et OPCA par OPCA. »

Un calendrier étoffé

Deux séances ont été ajoutées au calendrier initial de la négociation pour atteindre les objectifs que les partenaires sociaux se sont fixé à partir du document d’orientation du gouvernement. Le mercredi 7 février, l’accès aux droits et notamment au Compte personnel de formation (CPF), mais également l’accompagnement des salariés seront au cœur des échanges. Deux jours plus tard, le patronat, prenant appui sur les différentes étapes du cycle de la négociation produira un texte global discuté en séance le jour même puis les 14 et 16 février.

dprimault@cfdt.fr