Encore trop peu d’apprentis dans la fonction publique

Publié le 17/07/2014

Pour quelles raisons la fonction publique,qui compte 5,5 millions d’agents, soit 20 % de l’emploi total, accueille-t-elle si peu d’apprentis ?

Les dernières statistiques du ministère du Travail indiquent que les nouveaux contrats en apprentissage dans le secteur public étaient seulement de 9 800 en 2012. Plus des deux tiers de ces recrutements sont effectués par les collectivités territoriales, notamment les communes. Dans les administrations d’État, on compte 700 apprentis. Au cours de la conférence sociale, François Hollande a annoncé que ce nombre devrait passer à 10 000 à la rentrée 2016.

Ouvert aux trois fonctions publiques depuis 1992, l’apprentissage se développe encore moins que dans le privé. Les rapports se succèdent pour identifier les freins, sans que cette question fasse « l’objet d’un diagnostic partagé », constate Brigitte Jumel, secrétaire générale de l’Union des fédérations de la fonction publique et assimilés (Uffa-CFDT), qui déplore « l’absence d’une véritable volonté politique ».

Des particularités peuvent expliquer le retard dans le public. D’abord son coût : en fonction de leurs diplômes, les apprentis perçoivent une rémunération de 10 à 20 % supérieure à celle proposée dans le privé. Les procédures administratives sont plus complexes. Le fait de devoir passer un concours pour accéder à un poste est-il également un frein, comme cela est souvent invoqué ? « Dans le privé, les apprentis sont-ils systématiquement recrutés par l’entreprise qui les a accueillis ? L’apprentissage a avant tout pour vocation de préparer à un métier. L’employeur public se doit de participer à cette mission de formation », rétorque Brigitte Jumel.

Selon l’Uffa-CFDT, il est impératif qu’une négociation s’ouvre. Elle réclame qu’elle soit inscrite dans l’agenda social de 2015 afin de déterminer comment l’apprentissage peut se développer dans les trois fonctions publiques, quels sont les métiers et les publics visés, mais aussi pour garantir la qualité de l’encadrement des apprentis comme de leurs tuteurs.

nfigarol@cfdt.fr