Dernière séance programmée sur les accords compétitivité-emploi, le 13 avril

Publié le 04/04/2012 à 00H00
Après trois séances, la négociation de « sauvegarde de l'activité et des emplois », telle qu'elle a été rebaptisée par les partenaires sociaux, ne laisse pas présager un consensus d'ici au 13 avril, date de la dernière séance actuellement programmée.

Le patronat, décidé à mener les discussions à marche forcée, néglige un certain nombre de points cruciaux, qu’il va falloir éclaircir. En termes de diagnostic, d’abord : le suivi de la situation économique de l’entreprise, la définition des secteurs éligibles à ce type d’accord ou encore les éléments d’information et de consultation des salariés sur les réponses à donner pour sauver leur emploi ne sont, à ce jour, pas cadrés. Ensuite, en ce qui concerne les effets de l’accord sur le contrat de travail, la CFDT vise un texte nettement plus équilibré, qui ne laisse pas planer de doute quant à la nature des conséquences et de l’accompagnement des salariés en cas de refus de l’accord collectif. Pour l’heure, « nous sommes loin d’un texte signable », commente Patrick Pierron, chef de file de la délégation CFDT.