Assurance-chômage : la CFDT refusera toute remise en cause des droits des chômeurs

Publié le 29/01/2014

C’est avec la publication des derniers chiffres du chômage en tête que syndicats et patronat se sont retrouvés, le 28 janvier, pour une deuxième séance de négociation sur l'assurance-chômage, avec l’objectif de fixer d’ici au 13 mars les nouvelles règles d’indemnisation des demandeurs d’emploi.

À quelques heures de la rencontre, le mot « dégressivité », lâché par la CGPME, avait fait l’effet d’une bombe, provoquant une volée de bois vert côté syndical.

Les droits rechargeables d’abord !

« La priorité est à la mise en place des droits rechargeables, sans toucher aux règles en vigueur [ouverture de droits dès quatre mois travaillés, règle du jour indemnisé pour un jour cotisé]. En période de fort chômage, il faut accepter collectivement les déficits élevés », insistait Véronique Descacq, chef de file CFDT. Si chacun y va de son scénario en ce qui concerne la mise en œuvre et les modalités de financement des droits rechargeables, la volonté d’un « dispositif simplifié et lisible pour les demandeurs d’emploi » semble, elle, faire l’unanimité. « Nous aurons une discussion de fond sur ce sujet » dès la prochaine séance de négociation, prévue le 13 février.

aballe@cfdt.fr

Photo : © Olivier Clément / Le fil photo presse