[Mise à jour] Référendum chez Smart : pourquoi la CFDT refuse le marché de dupes

Publié le 16/09/2015 à 09H06
La CFDT s’oppose à la direction de l’usine mosellane, qui propose d’augmenter la durée du temps de travail au motif fallacieux de préserver l’emploi sur le site. Face à ce chantage, des explications s’imposent.


Mise à  jour du 12 octobre : La CFDT s’opposera au projet d’accord de la direction

Direction et syndicats doivent se retrouver, lundi 12 octobre, pour une séance de négociation autour du projet – contesté – d’augmenter la durée du temps de travail dans l’usine Smart de Moselle. La direction avance des raisons économiques pour préserver l’emploi sur le site. CFDT et CGT dénoncent une forme de chantage.

La CFDT n’acceptera pas le chantage à l’emploi. Ni ne signera le projet d’accord que la direction compte finaliser le 12 octobre, avec les organisations syndicales. En cela, l’équipe CFDT de l’usine Smart de Hambach (Moselle), n’a pas bougé d’un iota par rapport à sa position prise lors de la consultation organisée le 11 septembre dernier par la direction auprès des 800 salariés et qui proposait le marché suivant : une augmentation du temps de travail (revenir aux 39 heures payées 37) en échange du maintien de l’emploi sur le site jusqu’en 2020. Une consultation qui avait recueilli 56% d’avis favorables de la part des salariés. Mais qui avait provoqué la réprobation des organisations syndicales de l’entreprise, CFDT et CGT en tête. « Pour nous, il n’y a aucune raison de passer aux 39 heures et d’accepter une réduction de salaire. Nous ne sommes pas dans le cas de figure d’un plan de sauvegarde de l’emploi, résume Patrick Hoszkowicz, le délégué syndical central de l’usine. Il n’y a aucune raison économique à ce projet. » Mais seulement la volonté, de la part de la direction, de réduire le coût horaire du travail. 

Étant donné que ce « sondage » (selon le terme du délégué syndical) organisé par la direction n’a aucune valeur juridique, et qu’il n’engage aucunement les parties, la direction souhaite désormais en passer par voie d’accord, négocié avec les organisations syndicales de l’entreprise. « Quoi qu’il en soit, nous restons opposés au projet de la direction ». Même si un accord devait être trouvé (avec la CGC et la CFTC, qui elles, pourraient signer), la CFDT engagera une procédure de contestation, avec la CGT. Du fait de leur position majoritaire (les deux organisations syndicales représentent plus de 54 % aux dernières élections), elles ont les moyens de dénoncer l’accord.


Le torchon brûle dans l’usine Smart de Hambach (Moselle), depuis le référendum organisé, le 11 septembre dernier par la direction auprès des 800 salariés, proposant le marché suivant : une augmentation du temps de travail (revenir aux 39 heures payées 37) en échange du maintien de l’emploi sur le site jusqu’en 2020. Une consultation qui a recueilli 56% d’avis favorables de la part des salariés. Mais qui provoque la réprobation des organisations syndicales de l’entreprise, CFDT et CGT en tête. Pourquoi ? « Parce qu’économiquement, l’entreprise va bien. Il n’y a aucune raison de faire planer une menace sur la survie du site. Nous ne sommes pas dans le cas de figure d’un accord de maintien de l’emploi », dénonce Alain Gatti, secrétaire général de l’Union régionale CFDT de la Lorraine.

Ces accords, initiés par la loi de sécurisation de l’emploi, permettent en effet de renégocier le temps de travail, mais dans des cas avérés de graves difficultés économiques, le temps que l’entreprise sorte la tête de l’eau. Or chez Smart, et c’est ce qui fait monter les syndicalistes au créneau, la principale motivation de la direction est en fait de gagner en productivité, face à la concurrence d’autres sites de production du groupe Daimler. Et notamment du site slovène de Novo Mesto, dont les coûts de production sont inférieurs. « Nous ne pouvons accepter ce procédé de la direction : nous sommes dans un cas de figure où il s’agit de baisser le coût horaire du travail, pour donner des gages à la maison mère, Daimler, afin de renforcer la compétitivité du site dans le but d'organiser une concurrence malsaine entre ses différentes usines », explique Philippe Portier, secrétaire général de la Fédération de la métallurgie CFDT (FGMM).

Déni de dialogue social

C’est aussi contre le procédé choisi par la direction pour cette consultation que les organisations syndicales se sont élevées. « Cette forme de démocratie directe, qui contourne les organisations syndicales représentatives, c’est tout simplement un déni des principes fondateurs du dialogue social », s’emporte Alain Gatti. En tout état de cause, le référundum, tel qu’il a été mené, n’a en soi ni valeur juridique ni valeur contraignante. La direction ne saurait s’en prévaloir pour mettre son projet en œuvre, et modifier les horaires de travail. Pour cela, elle doit poursuivre les négociations avec les syndicats et obtenir un accord majoritaire. Mais rien de prouve que le processus pourra aboutir.

Divisions internes

Car en interne, le scrutin a révélé de forts clivages, non seulement entre les salariés : si les cadres, employés, techniciens et agents de maîtrise ont été 74% à approuver l'accord, 61% des ouvriers se sont prononcés contre. Les divergences entre syndicats sont aussi très vives. La CFDT et la CGT ont annoncé qu'elles feraient usage de leur droit de veto que leur confère leur position majoritaire (plus de 50% des voix aux élections professionnelles, à elles deux), afin que l’accord, s’il est négocié, ne soit pas entériné. Le projet a donc peu de chances d’aboutir. Et dans l’usine, un climat délétère s’est instauré. Une histoire pas très « smart » en fait…

epirat@cfdt.fr

©Photo : Réa