"La prochaine séance devra éclaircir les avancées possibles"

Publié le 20/11/2012
Si le projet patronal est très éloigné des attentes de la CFDT, le secrétaire national Patrick Pierron, chef de file de la délégation*, continue de juger des avancées possibles, à l'issue de la cinquième séance de négociation sur la sécurisation de l'emploi, ce 15 novembre.

PP négoPour la première fois, le patronat a présenté une trame de texte. Est-il « sorti du bois » comme l'a réclamé le secrétaire général adjoint de la CFDT, Laurent Berger ?

Oui, enfin un texte ! Cela a permis l'ouverture véritable de la négociation, même si la trame présentée par le patronat est très éloignée de nos attentes. Sur la lutte contre la précarité, sur la sécurisation des parcours professionnels, sur l'anticipation par le dialogue social, nous sommes très loin du compte. Le patronat est très précis quand il s'agit de flexibilité, extrêmement vague et flou quand il est question de recul de la précarité.

Surtout, le projet de texte patronal est traversé par deux éléments totalement inacceptables pour nous : une volonté de cibler les mesures sur les entreprises de plus de 300 salariés, ce qui laisserait de côté 80% des salariés ; l'objectif de vider de sa substance le licenciement pour motif économique, ce qui n'est assurément pas le sens de cette négociation.

Dans ces conditions, la négociation est-elle même possible ?

Je pense qu'il y a des raisons d'espérer. Dans la trame dont nous avons débattu aujourd'hui, le patronat a mis des coins dans des portes. À nous de les ouvrir. Sur l'assurance-chômage, nous défendons la modulation des cotisations, pour décourager le recours abusif aux contrats courts, et les droits rechargeables. Nous continuons de vouloir limiter les temps partiels subis. Nous portons un projet de généralisation de la complémentaire santé. Nous voulons encadrer les accords de sauvegarde de l'activité et de l'emploi. Nous défendrons la philosophie de notre proposition de conseil en évolution professionnelle, que le patronat voudrait restreindre aux seuls demandeurs d'emploi.

Tu restes donc optimiste pour la suite ?

Lors de cette séance, le patronat a confirmé qu'il était prêt à faire quelques avancées sur un certain nombre de points que nous défendons. Mais cela est resté très flou. Que mettent-ils véritablement derrière ? Il faudra que la prochaine séance, le 30 novembre, permette de l'éclaircir.

Propos recueillis par Aurélie Seigne

* La délégation confédérale est composée des secrétaires nationaux Patrick Pierron,Véronique Descacq et Marie-Andrée Seguin, de Dominique Gillier, membre du Bureau national, et des secrétaires confédéraux Cécile Cottereau et Didier Cauchois.

Photo : Olivier Clément