« L'Afpa doit être sauvée ! »

Publié le 07/06/2012 à 00H00 (mis à jour le 12/06/2012 à 10H59)
Difficultés financières, crise de gouvernance... Il y a urgence à sauver l'organisme de formation en le mobilisant au service des demandeurs d'emploi, a plaidé la secrétaire nationale Marie-Andrée Seguin.

En pleine tourmente sociale, l’association pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) subit un nouveau coup dur. Alors que l’organisme de formation subit d’importantes difficultés de trésorerie, avec un déficit de 12 millions d’euros, son directeur Jean-Luc Vergne, a annoncé sa démission, le 6 juin, « compliquant un peu plus les choses », de l’aveu de la secrétaire nationale Marie-Andrée Seguin. « De toute évidence, des mesures de consolidation financière de l’Afpa sont indispensables. La mobilisation du Comité interministériel de restructuration industrielle est une première réponse, mais elle ne sera pas suffisante. » Comme sous lors du sommet social du 18 janvier, la CFDT a plaidé le 29 mai auprès du Premier ministre « pour qu’un plan d’urgence de formation des demandeurs d’emploi soit mis en œuvre en s’appuyant sur l’Afpa ». Une demande qu’elle entend réitérer lors de la conférence sociale de juillet, afin de permettre à l’organisme de formation de « sortir la tête de l’eau ».

Empêcher un gâchis

Soulignant la compétence des formateurs et le maillage des plateformes techniques régionales, la secrétaire nationale Marie-Andrée Seguin a alerté : « dans la situation sociale actuelle », ne pas s’appuyer sur l’Afpa pour répondre aux besoins de formation des salariés et demandeurs d’emploi constituerait un véritable « gâchis ».

A. S.