Qualité de l’air dans le métro : une victoire CFDT

Publié le 23/10/2020

Cela fait dix-sept ans que la CFDT-Transports et Environnement alerte sur la mauvaise qualité de l’air que respirent des millions de salariés et de voyageurs dans les réseaux ferrés souterrains de transport.

En 2015, une étude de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), demandée par la CFDT, avait démontré l’existence d’un « risque sanitaire respiratoire et cardiovasculaire lié à l’exposition chronique des travailleurs aux particules de l’air des enceintes ferroviaires ».

Au terme de nombreuses actions afin de sensibiliser les pouvoirs publics et les directions des entreprises, la CFDT a finalement saisi la justice en avril 2019 et déposé un recours devant le Conseil d’État pour qu’il exige que soient revues à la baisse les normes d’exposition des travailleurs aux particules fines, dix fois supérieures dans les tunnels que celles autorisées à l’air libre… Le Conseil d’État a enfin donné raison à la FGTE-CFDT et, fin juillet, la Haute Assemblée a sommé le gouvernement de modifier, d’ici à la fin février, les valeurs limites d’exposition aux poussières actuellement autorisées dans ces espaces confinés.

L’action se poursuit

L’aberration réglementaire par laquelle le code du travail permet une concentration moyenne en poussières inhalées sur une période de huit heures très supérieure à celle qui est légalement fixée pour l’air extérieur va donc être corrigée, espère la CFDT. Pour autant, elle ne s’en tient pas là : fin septembre, la FGTE a de nouveau adressé un courrier à trois ministres (Travail, Transition écologique et Transports) afin de redemander des avancées rapides sur les moyens techniques à mettre en place dans les tunnels et les gares souterraines pour améliorer la qualité de l’air, un suivi médical renforcé des travailleurs, la prise en compte de ces expositions au titre de la pénibilité et la reconnaissance en maladie professionnelle des pathologies associées. Il est grand temps.

cnillus@cfdt.fr