La transition énergétique… maintenant !

Publié le 10/04/2013
L'Union régionale Ile-de-France a organisé un débat sur la transition énergétique le 4 avril au Lavoir moderne parisien. La richesse des échanges avec les militants a permis de montrer que les contraintes dûes à un changement de modèle peuvent être envisagées comme des opportunités d'amélioration.

« Nous vivons une époque charnière difficile. C’est à la fois la fin d’un modèle économique et d’un cycle énergétique. Le rôle de la puissance publique est mis en question. Or nous devons décider aujourd’hui d’un projet de société et de son système énergétique pour le demi-siècle à venir. » Déléguée générale de 4D (Dossiers et débats pour le développement durable), une association avec laquelle la CFDT travaille de longue date, Vaia Tuuhia a rappelé l’urgence de la transition énergétique lors de la rencontre organisée par l’Uri Ile-de-France le 4 avril. Réunis au Lavoir moderne parisien, les militants ont échangé avec la représentante de 4D ainsi que Cédric Ringenbach, directeur du think tank The Shift Project, Dominique Olivier, secrétaire confédéral chargé du développement durable, et Valérie Delplace, responsable de ce dossier à la FCE (Fédération chimie-énergie).

Croissance sans limite, développement solidaire ou décroissance? : quelle voie suivre ? Aujourd’hui, un consensus se dessine, qui repose sur la nécessité d’améliorer l’efficacité énergétique tout en luttant contre la précarité énergétique. Pour ce faire, la CFDT propose la création d’un service régional auquel tous les foyers pourront s’adresser afin d’améliorer leur logement. Ce consensus repose aussi sur le rééquilibrage du mix énergétique, en diminuant notamment la production d’électricité d’origine nucléaire et en créant des filières industrielles pour les énergies renouvelables. En outre, la CFDT insiste sur la nécessité d’identifier les nouvelles compétences professionnelles et de revoir les classifications – en vue de reconnaître, par exemple, le fait que les salariés jouent un rôle de sentinelle contre les gaspillages. Préparer les reconversions suppose que les maisons de l’emploi se développent sur tout le territoire national. Plusieurs militants ont cependant fait remarquer que les discours et les pratiques pouvaient être contradictoires. Est-il cohérent de revendiquer à la fois l’efficacité énergétique et l’augmentation du pouvoir d’achat ? De plus, pour nombre de citoyens, l’écologie se traduit par le renforcement de normes et de taxes.

Bientôt, le site web de l’Uri destiné aux militants

Les intervenants ont montré qu’il était possible d’envisager les contraintes comme autant d’opportunités. Les militants peuvent s’appuyer sur la responsabilité sociale, sociétale et environnementale pour que des actions contre les gaspillages et les inégalités soient mises en œuvre dans tous les environnements de travail. Les fonds dégagés par les économies d’énergie pourront servir à l’amélioration des infrastructures ou des conditions de travail. Il est aussi possible de tenir compte des impacts à la fois économiques, sociaux et environnementaux de toute décision lors d’une négociation, a fait remarquer Valérie Delplace, en signalant un outil mis en place à la FCE-CFDT. Autant d’actions que l’Uri Île-de-France répertoriera bientôt dans son « entrepôt de connaissances », un site web sur le développement durable qu’elle prépare à destination des militants.

nfigarol@cfdt.fr