Grenelle 2 : une loi en deçà des engagements

Publié le 18/05/2010 à 00H00
Trente mois après la table ronde du Grenelle de l'environnement, le projet de loi de mise en oeuvre de ses engagements, dit Grenelle 2, vient d'être voté par l'Assemblée nationale, on est loin du quasi-consensus dont avait bénéficié Grenelle 1.

Le retard pris dans l’examen de la loi « a conduit à renoncer à des éléments des conclusions du Grenelle, sous la pression de lobbies défendant des intérêts particuliers », a regretté le secrétaire général adjoint de la CFDT, Marcel Grignard. Report de l’écotaxe poids lourds, remise en cause du plan de réduction des pesticides, procédures inadaptées au développement de l’énergie éolienne, modalités du reporting des entreprises en matière de responsabilité environnementale… : les points d’insatisfaction sont nombreux.

Mais alors que le projet de loi doit encore être soumis à une commission mixte paritaire, en juin, pour accorder les violons de l’Assemblée et du Sénat sur le texte, la CFDT veut regarder vers l’avenir. « En continuité avec son engagement dans le Grenelle, la CFDT poursuivra son action dans le suivi et la mise en œuvre des mesures arrêtées et pour que la politique industrielle et les politiques liées au grand emprunt soient cohérentes avec les orientations du Grenelle », a déclaré Marcel Grignard.

Si « beaucoup reste à faire pour répondre aux défis des changements climatiques et favoriser un autre type de développement, durable, soutenable et économe en énergie, en particulier quant à l’adoption d’une fiscalité écologique socialement équitable », il importe également de mener « une politique économique cohérente et coordonnée au niveau européen, à même de relever le défi de l’emploi et du développement durable ».