Compétitivité et emplois de demain : la “nouvelle France industrielle”

Publié le 12/09/2013
Le président de la République a présenté, le 12 septembre, son plan pour l’industrie. Baptisé "la nouvelle France industrielle", il s’appuie sur 34 grands chantiers jugés stratégiques pour l’avenir.

Mobilisation générale pour l’industrie ! François Hollande a lancé "La nouvelle France industrielle" dans un discours prononcé à l’Élysée le 12 septembre. « Dès mon élection, j’ai demandé à Arnaud Montebourg de préparer un pacte productif. Nous l’avons décidé après la perte de 750 000 emplois industriels en dix ans, après un recul de six points de la place de l’industrie dans notre produit intérieur brut, après un creusement du déficit commercial qui a dépassé 60 milliards en 2012 », a-t-il expliqué devant une assistance composée de chefs d’entreprise et des représentants des organisations syndicales.

     
      La première réaction de Patrick Pierron

Concrètement, l’État s’engage à soutenir 34 plans industriels qui ont été identifiés comme stratégiques, 34 plans de bataille dans la compétition mondiale. Des éoliennes flottantes aux batteries longue durée, en passant par le TGV du futur, les textiles intelligents ou les supercalculateurs, l’ensemble des projets retenus s’appuie sur des entreprises françaises leader sur leur marché et des technologies pour lesquelles la France est déjà en pointe. « Ces 34 plans portent sur les nouvelles frontières industrielles, sur les productions qui sont appelées à se développer, où les espoirs sont les plus grands de créer des emplois et de produire des solutions nouvelles ; des terrains de conquête industrielle où la France dispose d’entreprises capables de prendre une place éminente », a expliqué le président de la République. Ces 34 plans s’inscrivent également dans les trois grandes priorités de la France : la transition écologique et énergétique, l’économie du vivant et les nouvelles technologies. Chaque plan sera animé par un chef de projet issu du monde industriel qui aura la charge de réunir les acteurs et de faire aboutir les programmes selon un calendrier à dix ans.

Des projets générateurs d'emplois ?

« Les plans retenus sont cohérents avec ceux identifiés dans le rapport “Réinventer la croissance”, produit par les organisations syndicales et patronales en juin dernier, se félicite le secrétaire national chargé de la politique industrielle, Patrick Pierron. Nous apprécions également qu’une majorité de projets soit liée à la transition énergétique et à la santé. Ils doivent permettre de tracer les contours d’un nouveau modèle de développement, plus durable et générateur d’emplois

Pour la CFDT, la future négociation sur la formation professionnelle devra tenir compte des besoins en compétences générés par ces 34 plans industriels. Leur mise en œuvre concrète impliquera également un ancrage territorial et qu’une place soit reconnue aux partenaires sociaux afin de s’assurer de la cohérence des actions en faveur de l’emploi, de la formation et du développement économique.

jcitron@cfdt.fr