Changement climatique : le mouvement syndical international entre en lutte

Publié le 01/09/2015

Quelque trois cents représentants d’organisations syndicales venus du monde entier seront à Paris les 14 et 15 septembre à l’initiative de la Confédération syndicale internationale (CSI) pour parler de lutte contre le changement climatique. À deux mois de la Cop 21, cet événement, qui se tiendra dans l’enceinte du Conseil économique, social et environnemental, revêt une importance particulière.

« Comment rendre plus concret l’engagement du mouvement syndical dans sa lutte contre le changement climatique ? Comment faire en sorte que cette lutte soit audible par tous les salariés ? Ce sont là les deux questions essentielles qui seront débattues au cours de cette conférence », explique Anabella Rosemberg, chargée du dossier à la CSI et organisatrice.

« C’est un moment privilégié pendant lequel syndicats du Nord et du Sud exposeront leurs préoccupations spécifiques, qui ne sont pas forcément les mêmes selon les régions d’où ils viennent, ajoute Thierry Dedieu, secrétaire confédéral CFDT. Les syndicats du Sud sont parmi les premières victimes du changement climatique, qui va parfois jusqu’à la destruction de leur outil de travail. Pour les syndicats du Nord, il s’agit plutôt d’anticiper les mutations nécessaires vers une économie sobre en carbone et de préparer les restructurations potentielles. »

La valeur de l’exemple

Au cours de la première journée, des intervenants feront le point sur les effets du changement climatique puis des organisations syndicales de diverses régions du monde présenteront leurs réalisations dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Des actions menées aux Philippines, en Afrique du Sud, en Norvège, aux États-Unis et au Brésil dans les transports ou le bâtiment montreront que les syndicats peuvent obtenir des résultats dans ce domaine. « Les organisations syndicales doivent être partie prenante des discussions sur le climat à tous les niveaux, de l’entreprise jusqu’au plan international », plaide Anabella Rosemberg. La matinée du deuxième jour sera consacrée à un grand débat avec Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et président de la Cop 21, Bernadette Ségol, secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats, Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, et Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT.

dblain@cfdt.fr