Covid-19 : Une réouverture partielle prématurée d’Ikéa

Publié le 16/04/2020

Dès samedi 18 avril, une partie des salariés d’Ikéa pourraient recommencer le travail. Entre le report du déconfinement, les mesures sanitaires indispensables de protection et le pic de l’épidémie, la CFDT Services juge prématurée cette reprise.

Covid WebLa direction d’Ikéa France a décidé de rouvrir ses services logistiques et dépôts le 18 avril. Près de 1 300 salariés sur les 10 000 que compte l’entreprise dans le pays seront concernés dès samedi par cette reprise. La CFDT avec d’autres organisations syndicales estime prématuré ce retour au travail. D’ailleurs, la consultation des 34 Comités sociaux et économiques de l’entreprise ne laisse aucun doute sur les intentions des salariés : 26 ont émis un avis défavorable, 4 favorable et 4 ont demandé une expertise.

« Certes, la direction met en place des mesures de protection en respectant les consignes sanitaires, reconnait Jean-Paul Barbosa, le délégué syndical central (DSC) CFDT, mais le déconfinement n’est annoncé que pour le 11 mai et nous sommes encore dans le pic de l’épidémie. C’est trop tôt pour reprendre le travail. » Pour l’heure, il s’agit de mettre en place la livraison de produits Ikéa « au cul du camion » et plus tard d’autoriser les clients à venir chercher leurs commandes.

Par ailleurs, le DSC est inquiet sur l’avenir de l’entreprise. « Les salariés étaient au chômage partiel payés à 100 % jusqu'au 12 avril, depuis ils sont payés à 84 %. Mais l’entreprise a perdu 380 millions € de chiffres d’affaire. Que fera-t-elle demain ? Quelles sont ses intentions ? La CFDT demande l’ouverture d’une négociation à ce sujet pour trouver des solutions, interroge Jean-Paul Barbosa. La crise actuelle doit être l’occasion pour IKEA de montrer que c’est une société socialement responsable et non l’inverse. Le meuble n’est pas un produit essentiel à la vie de la nation, pourquoi risquer des vies ? »

dblain@cfdt.fr