Covid 19 : La fédération Santé-Sociaux ne veut pas d'une prime à deux vitesse

Publié le 21/04/2020

« C’est une prime à deux vitesses, regrette Eve Rescanières, la secrétaire générale de la fédération CFDT Santé-Sociaux, après l’annonce du premier ministre, Edouard Philippe, de l’octroi d’une prime exceptionnelle pour les professionnels de santé mobilisés contre le coronavirus. C’est une usine à gaz, génératrice d’inégalités et de frustrations qui est en train de voir le jour. »

Covid WebPour la fédération, le compte n’y est pas. Dans le détail, le ministère a expliqué que « les agents travaillant à l’hôpital de la trentaine de départements les plus touchés par l’épidémie recevront une prime de 1500€. Dans les autres départements, les agents ayant travaillé dans les services COVID+ des 108 hôpitaux de référence percevront également la prime de 1500€. Les agents des autres services percevront une prime de 500€ ».

Une occasion manquée

« C’est une belle occasion de mettre en œuvre un dispositif simple et clair qui s’envole. » Pour la CFDT Santé Sociaux, la reconnaissance doit être concrétisée par des actes forts, porteurs de justice sociale. En sens, elle revendique de porter le montant de la prime dans toute la fonction publique hospitalière à 1 500 euros dès lors que les établissements étaient en fonctionnement durant la période de crise. Cette prime doit être attribuée sans distinction aux professionnels des EHPAD, de l’aide à domicile, du secteur social et médico-social. Enfin, afin d’impliquer les dirigeants des cliniques privées lucratives, la CFDT Santé-Sociaux propose que cette prime soit assumée à 50 % par les établissements et assortie à plusieurs conditions : non-versement de dividende en 2020, recours ou non à l’activité partielle…

L’engagement professionnel ne paie pas

La CFDT Santé-Sociaux regrette que le gouvernement n’ait pas pris la mesure des attentes occasionnées par la crise chez les personnels du secteur sanitaire, social et médico-social. La déception est d’autant plus grande qu’ils se sont investis sans compter. « Nous constatons que l’engagement professionnel, pourtant souligné comme indispensable pour la bonne marche de notre pays ne paie pas. » Alors que les arbitrages définitifs n’ont pas encore été rendus et que organisations syndicales doivent être consultées, la CFDT Santé sociaux entend rappeler au gouvernement ses responsabilités envers les professionnels de santé. « Quel prix devra encore payer le secteur sanitaire, social et médico-social pour être reconnu ? »

glefevre@cfdt.fr