Convivialité et proximité au service des adhérents chez Auchan Dieppe

Publié le 12/08/2020

L’équipe dieppoise d’Auchan vient d’être confortablement reconduite après un premier mandat pendant lequel elle a tenu ses promesses. Le nouveau périmètre du CSE a permis de gagner de nouveaux électeurs et de nouveaux adhérents.

« On a tenu nos promesses et on a été largement réélus. » Ce constat de bon sens est celui de Ludovic Barbier, agent de sécurité et délégué syndical CFDT d’Auchan Dieppe. En octobre dernier, les 320 salariés de l’hyper de Dieppe, les 250 de Mers-les-Bains et les 25 de Luneray ont renouvelé leur confiance à 42 % à la nouvelle équipe CFDT. « C’est un savant mélange d’anciens élus et de nouveaux, de jeunes et de moins jeunes aux différents profils issus de tous les services des magasins – hôtesses, sécurité, drive, administratifs, etc. C’est aussi une équipe très sympa », poursuit le délégué syndical (DS). Le précédent DS, Stéphane Carel, parti en reconversion professionnelle, reçoit régulièrement ses anciens collègues dans le café qu’il a ouvert à Berneval-le-Grand, un village situé à proximité.

Dans un contexte difficile, la présence de la CFDT rassure

Convivialité
« Au départ, c’est une bande de copains qui se retrouvent régulièrement chez l’ancien délégué syndical », indique Aurélie Flisard, la secrétaire du Syndicat des services CFDT de Haute-Normandie. La convivialité de ce groupe a plu aux salariés des magasins, qui lui ont majoritairement renouvelé leur confiance. C’est aussi un groupe de copains qui travaillent dur, militent constamment et ne ménagent pas leurs efforts… dans l’intérêt des salariés.

Gestion rigoureuse
En récupérant la responsabilité du comité d’entreprise, la section a hérité de comptes dans le rouge. Pour les apurer et jouer la transparence, la section a choisi de faire appel à un cabinet d’experts-comptables qui contrôle aujourd’hui encore les comptes du comité social et économique. Cette gestion rigoureuse permet au budget du CSE d’être largement positif et à la CFDT d’être beaucoup plus généreuse avec les salariés des trois magasins.

Défense individuelle
La section a eu à défendre plusieurs cas, notamment celui d’une salariée harcelée. Après qu’elle a eu saisi l’inspection du travail et interpellé la direction, une solution a été trouvée. Elle a permis à la salariée d’être réintégrée dans un autre service, où elle travaille toujours. Le manager harceleur a dû quitter l’entreprise.

« C’est un peu le quartier général de cette bande de copains », confie Aurélie Flisard, la secrétaire du Syndicat des services CFDT de Haute-Normandie, qui attribue le succès de l’équipe à « une véritable synergie entre la section, le syndicat, la fédération et l’interpro local ».
Sans doute l’ambiance conviviale au sein de l’équipe CFDT a-t-elle diffusé et plu aux salariés d’Auchan, qui ne sont pas à la fête en ce moment avec les annonces de la direction du groupe (lire l’encadré). Fanny Grécourt, employée administrative et élue CFDT, reconnaît volontiers que l’avenir des hypers n’a rien de très sûr. « Mais la présence de la CFDT me rassure, dans un contexte où le dialogue social avec la direction n’est pas au beau fixe. »

À 31 ans, Hervé Cordier est adhérent CFDT depuis un an. Cet agent de sécurité, tout comme ses collègues, parle avec passion de son métier : « Accueillir les clients, faire de la surveillance, être au contact de tous les services du magasin, sécurité, secourisme, renseignements, c’est un travail varié, sans routine. Je ferais bien toute ma carrière ici si les conditions de travail restent bonnes. » Et justement, Hervé s’emploie à faire en sorte qu’elles soient les meilleures possible : il vient d’être élu à la CSSCT (commission santé, sécurité et conditions de travail). « C’est un domaine qui m’intéresse. Quand Ludovic m’a dit qu’une place se libérait, j’ai sauté sur l’occasion. Cette instance permet de faire avancer les questions de sécurité au sens large », explique Hervé.

À Auchan Dieppe, la convivialité se partage, et l’accessibilité de l’équipe se révèle sans faille. De l’avis général, le travail de proximité effectué pendant quatre ans a pesé sur les résultats des élections et sur la volonté des salariés de reconduire l’équipe. La CFDT a fait un score de 42 % sur la « zone de vie » (regroupant les trois magasins) mais obtient 49 % des voix à Dieppe ! « Lors des précédentes élections (en 2015), la CFTC, jusque-là majoritaire, avait perdu la moitié de ses électeurs à notre profit, raconte Ludovic Barbier. Elle vient de perdre l’autre moitié dans ces élections au comité social et économique avec un périmètre agrandi à deux autres magasins. »

Le large éventail des outils de proximité de la section

Pour arriver à un tel résultat, la section n’a pas mégoté sur les moyens durant la campagne électorale : distributions de tracts dès cinq heures du matin, petits déjeuners sur les trois sites afin de présenter les candidats, recrutement de candidats dans le magasin de Mers-les-Bains, informations sur la page Facebook de la section, etc. Au passage, l’action de terrain dans le magasin de Mers-les-Bains a également permis de créer une nouvelle section comptant une quinzaine d’adhérents, ce qui porte à près de 80 le nombre d’adhérents CFDT sur la zone de vie. À l’aube de ce nouveau mandat, « notre priorité, c’est de former nos élus, affirme Ludovic Barbier ; faire des adhésions et travailler avec le syndicat et l’interpro local ».

« Nous avions hérité d’un comité d’entreprise [CE] dont les comptes étaient dans le rouge, poursuit Ludovic. La section a choisi de jouer la transparence en nommant un cabinet d’experts extérieur qui contrôle toujours nos comptes. Résultat : avant les élections de 2019, le CE disposait d’environ 80 000 euros. » Cette gestion rigoureuse a permis au comité d’entreprise et maintenant au comité social et économique d’organiser des soirées festives, des voyages (dont deux sorties à Londres), de proposer des chèques-vacances, d’augmenter le montant de la carte-cadeau, qui est passé de 60 à 169 euros, etc. Côté salariés, on a nettement mesuré la différence. Et désormais, ceux du magasin de Luneray, qui jusqu’ici ne bénéficiaient d’aucun de ces avantages, en profiteront également.

La section ne néglige pas non plus la défense individuelle. « Nous avons défendu plusieurs cas dont celui d’une jeune femme harcelée. Déclarée en burn-out, elle disait ne plus vouloir revenir, raconte le délégué syndical. Nous avons saisi l’inspection du travail, la direction… et nous avons trouvé une solution qui a permis à la salariée de revenir sereinement. Elle est toujours en poste dans le magasin. Le manager harceleur, lui, est parti ! »

Les conditions de travail sont évidemment au cœur des préoccupations de la section. Elles ont évolué avec la mise en place de tire-palettes électriques et de chariots adaptés pour les personnes handicapées. De même, les hôtesses de caisse n’ont plus à porter de charges lourdes. La section CFDT a largement contribué à obtenir ces avancées.

La bataille (gagnée) autour du travail du dimanche

Au cours du précédent mandat, le magasin de Dieppe a été confronté à la mise en place du travail du dimanche. « Ça a fait des étincelles avec la CGT, qui n’en voulait pas du tout, confirme Gwenaëlle Niquet, hôtesse de caisse et élue au CSE. Nous avons recadré le débat sur le volontariat et mené la bataille sur les contreparties. Les heures travaillées le dimanche sont majorées ou récupérées. » La direction a trouvé peu de volontaires dans les rangs de la CFDT mais « cela concerne quand même une trentaine de salariés, qui sont limités à 90 heures travaillées le dimanche par an ».

dblain@cfdt.fr 

photo ©DR

Repères

• Les magasins Auchan de Dieppe (320 salariés), de Mers-les-Bains (250 salariés) et de Luneray (25 salariés) sont regroupés en une seule « zone de vie » avec un seul comité social et économique (CSE).

• Aux élections d’octobre 2019, la CFDT, qui était déjà la première organisation syndicale depuis les élections de 2015, a remporté 42 % des voix, devant la CFTC, à 20,3 %, la CGT, à 19,5 % et la CFE-CGC/Sega (Syndicat national des entreprises du groupe Auchan), à 18,3 %.